2012

dfb Logo

30.5.2012 Le déblaiement de la neige 2012 est terminé!

Photographies de Claus Mayer

Aujourd'hui, les derniers gros travaux d'installation ont été effectués à Gletsch. L'équipe des installations de sécurité a monté les tommes d'aiguille et notre équipe a mis en service les prises d'eau et le passage à niveau Rotten. Pendant ce temps, à Realp, l'unité de fraisage était nettoyée, graissée et remisée pour l'été. Ces prochains jours, il faudra encore rapatrier la fraiseuse Intrac et le trax et effectuer quelques petits travaux de finition. Au total, le déblaiement de la neige aura duré 38, resp. 26 jours (début du déblaiement le 23.4.2012 à partir d'Oberwald avec le trax ferroviaire de la firme Vanoli, resp. le 5.5.2012 avec notre équipe au départ de Realp). Les travaux se sont déroulés tous les jours, sauf les dimanches.

En dépit des énormes masses de neige tombées pendant l'hiver, les conditions météorologiques ont été favorables, ce qui fait que l'on peut parler d'un déblaiement moyen. Pour les 26 jours, resp. de Realp à Gletsch, nos machines ont consommé quelques 3500 litres de carburant. Nous remercions très sincèrement tous ceux qui se sont engagés sans compter dans ce déblaiement et tous ceux qui ont consulté cette page et qui peut-être comprennent mieux maintenant tous les efforts qui doivent être déployés pour que les trains à vapeur puissent circuler par la Furka en été.

Le compte-rendu (presque) quotidien sur le déblaiement de la neige en 2012 est ainsi terminé.

Hans Stäger (Chef du déblaiement de la neige) et Claus Mayer (Suppéant du chef du déblaiement de la neige et Web)

  • Beaucoup de travaux d'installation, comme ici la mise en place de la prise d'eau, font aussi partie des tâches de l'équipe de déblaiement de la neige.

    L'unité de fraisage a retrouvé sa place d'estivage dans l'atelier de l'équipe diesel.

29.5.2012 La dernière neige est déblayée!

Photographies de Claus Mayer

 

  • Aujourd'hui, tout le tronçon entre Muttbach et Gletsch a été fraisé au moyen de la locomotive diesel HGm 51 et de son unité de fraisage. De Muttbach jusqu'au passage à niveau de la route de la Furka, la fraise Intrac avait évacué la neige presque jusqu'au rail, ce qui permit à la HGm de passer ici très rapidement.

     

    Après le passage à niveau, la hauteur de la neige était très variable. De grandes parties de la voie étaient libres ou recouvertes de très peu de neige, ce qui rendait inutile la mise en oeuvre de la fraiseuse Intrac. Les plus gros amoncellements de neige ont été évacués par le trax, mais l'équipe a quand même dû travailler à la pelle pour permettre à la HGm 51 de passer.

     

28.5.2012 Tout lentement, la fin approche

Photographies de Nicole Stähli et Claus Mayer

  • Outre les travaux de déblaiement proprement dits, il faut aussi remettre la ligne en service avec toutes les tommes d'aiguille, les signaux, les écriteaux, etc.

     

    Les principaux travaux sont exécutés par l'équipe des installations de sécurité.

     

    Les dernières grosses masses de neige sont enlevées par le trax ou à la main jusqu'à une hauteur d'env. 1m, puis sont fraisées et évacuées par l'unité de fraisage de la HGm 51.

26.5.2012 Transport de longs bois, déblaiement entre Muttbach et Gletsch, installation à Furka et Tiefenbach

Photographies de Claus Mayer, Nicole Stähli et Oliver Racine

 

  • Aujourd'hui, le premier camion de longs bois pour la réparation du Sidelenbach a été livré. L'équipe de la locomotive HGm 51 a été occupée à transporter les bois avec le wagon-grue jusqu'au Sidelenbach. 

     

     

     

    Une autre équipe a été occupée toute la journée avec des travaux d'installation aux haltes de Furka et Tiefenbach.

    Entre Muttbach et Gletsch, la fraiseuse Intrac et le trax continuent d'avancer à travers la neige. Ici la hauteur de la neige atteint jusqu'à 3,5m.

     

    La fraiseuse Intrac consomme 22 litres de carburant à l'heure. Ce sont environ 8 bidons de 20 litres qui doivent être versés dans le réservoir de la machine chaque matin.

     

    Que nous soit donnée aujourd'hui notre coulée de neige quotidienne.... Cette fois, c'est la draisine qui en a fait les frais sur le chemin du retour.

25.5.2012 Déblaiement de la halte de Muttbach, travaux d'installation à Gletsch, livraison d'éléments de chantier

Photographies de Claus Mayer

 

 

  • Aujourd'hui, le reste du matériel nécessaire à la rénovation intégrale de la voie en-dessous du Wilerbrücke a pu être transporté.

    Il y a 3 semaines, la neige était ici encore haute de plusieurs mètres. Maintenant, elle a fondu et, tout de suite, les premières fleurs alpines éclosent.

    La fraiseuse Intrac au travail à la halte de Muttbach...

    mais le soleil est presque plus rapide. Nouvellement, nos machinistes des fraiseuses doivent aussi suivre des cours de natation. La fraiseuse Intrac démontre en tous cas ses qualités de canon à eau.

    Les panneaux routiers se cachent encore dans les parois de neige et la route du Col n'est toujours pas ouverte.

    Et aussi aujourd'hui, la coulée de neige quotidienne, qui cette année semble être obligatoire, est arrivée. Malheureusement quelques voitures étaient sur son chemin. Mais heureusement, à part quelques dégâts matériels, personne n'a été blessé.

24.5.2012 Déblaiement de la station Furka terminé; les deux fraiseuses sont à Muttbach; livraison de chantier avec la locomotive diesel; signalisation routière à Gletsch

Photographies de Jens Schröter et Claus Mayer

  • Pour pouvoir mettre en place la signalisation routière à Gletsch, il a fallu parfois creuser des grottes dans les murs de neige.

    Cet habitant des alpes accueille notre train de travaux avec des sifflements.

    La place pour monter la tente à la station Furka est déblayée.

    La voie de garage aussi. Dommage, nos voyageurs ne verront pas ces murs de neige.

    En Valais, la fraiseuse Rolba libère la route d'accès à la halte de Muttbach.

    Après la fin des travaux à la station Furka, la fraiseuse Intrac commença tout de suite les travaux à Muttbach.

    Aujourd'hui aussi, nous n'avons pas été à l'abri de mésaventures. Sur le chemin du retour, une grosse pierre et beaucoup de déblais engageaient le profil du tunnel 3 côté montagne. Comme nous n'avions pas de wagon-grue avec nous, la pierre a dû être éclatée au pic et les débris évacués l'un après l'autre dans la Reuss.

23.5.2012 Jour des réparations, des transports, etc.

Photographies de Michael Bühler

Hier, une bobine magnétique de la fraiseuse Intrac a rendu l'âme et la machine est restée à l'arrêt depuis l'après-midi. La pièce de rechange est arrivée aujourd'hui à Realp par express postal et elle a été immédiatement montée. Aujourd'hui, dans l'après-midi, la fraiseuse Intrac a déjà repris son service à la station Furka.

 

La fraiseuse Rolba a subit déjà à la fin de la semaine passée une avarie à l'unité de fraisage. Comme cette machine ne devait pas obligatoirement être utilisée pour l'instant, la réparation n'a été effectuée qu'aujourd'hui. Pour ce faire, la fraiseuse a dû être transportée à Realp via Oberwald et le train-auto. Le personnel de la locomotive diesel HGm 51 a effectué aujourd'hui des transports pour les chantiers de la rénovation de la voie.

 

Le reste de l'équipe a évacué aujourd'hui des grosses pierres tombées sur la route d'accès à Muttbach et a terminé les travaux à la plaque tournante de Gletsch. 

 

  • Pour pouvoir réparer les dégâts causés à la fraiseuse Rolba, la machine a dû être transférée à Realp.

    Grâce à nos machinistes qui, après un jour complet de travail et après le dîner, se sont encore précipités sur le poste de soudage et la meuleuse d'angle, la machine est bientôt prête à l'emploi.

22.5.2012 Mise en service de la plaque tournante à la station Furka et premiers travaux de déblaiement à Muttbach

Photographies de Michael Bühler, Claus Mayer et Jens Schröter

  • Aujourd'hui aussi, une coulée a retardé la prise effective du travail. Cette fois, les morceaux étaient si gros (jusqu'à env. 20 m3), qu'il a fallu tout d'abord les éclater à la main et ensuite libérer le chemin au moyen de l'unité de fraisage. 

    Sur les hauteurs, il y a encore beaucoup de morceaux dont certains sont susceptibles de glisser encore jusqu'à la voie.

    Même le restaurateur de la Furka a empoigné aujourd'hui la pelle pour aider à dégager la station.

    Par un tel temps, la pause de midi prise sur une terrasse improvisée fait vraiment plaisir. Surtout lorsque le restaurateur de la Furka a préparé de plus une bonne soupe et du café frais.

    L'après-midi, le trax a été transféré à Muttbach par le tunnel de faîte au moyen du wagon surbaissé. A Muttbach, les premiers travaux de déblaiement de la rampe et des abris ont été entrepris.

21.5.2012 Déblaiement des stations Furka et Gletsch

Photographies de Michael Bühler et Claus Mayer

Aujourd'hui, il n'y a malheureusement pas de photographie de Gletsch. 

  • Ce matin on a trouvé une petite coulée de neige à l'entrée de la station Furka.

19.5.2012 Ligne ouverte pour les trains de travaux jusqu'à Furka; le déblaiement de la station Furka dure; premier train de travaux à vapeur de la saison

Photographies de Nicole Stähli, Michael Bühler et Claus Mayer

Aujourd'hui, la HGm 51 a aussi atteint la station Furka. Avec le trax et la fraiseuse Intrac, le déblaiement de la station a commencé.

  • Le long du tronçon déjà dégagé et en rasant les hauts murs de neige, la HGm 51 nous conduit en direction de la Furka.

    Une partie de l'équipe est partie à pied par le tunnel de faîte en direction de Muttbach. Il a fallu ouvrir là bas la porte du tunnel et nous étions impatients de savoir si les avalanches étaient parvenues jusqu'au territoire de la halte.

    Premier coup d'oeil par le portail du tunnel en direction du Valais. Etonnamment peu de neige recouvre la halte de Muttbach. Toutes les cinq coulées d'avalanche susceptibles de toucher la halte ou l'entrée du tunnel s'arrêtèrent hors d'atteinte des installations ou n'arrivèrent pas jusqu'à la vallée.

    De retour à la station Furka, la fraiseuse Intrac a déjà libéré le portail du tunnel.

    Le trax et plus tard aussi la fraiseuse Intrac s'attaquent à la haute neige qui recouvre la plaque tournante.

    Aujourd'hui, la HGm 51 et son unité de fraisage avaient tout d'abord pour tâche de libérer à nouveau les voies de la station de la neige que le trax avait évacuée de la plaque tournante. D'autre part, elle a tiré jusqu'à la station Furka les 3 wagons qui ont passé l'hiver dans le tunnel de faîte.

    Aujourd'hui, le premier train de travaux à vapeur de la saison 2012 a circulé. Il était remorqué par la locomotive no. 1 qui a subit d'importants travaux de révision durant l'hiver. Quelle chance que le personnel de cette locomotive ait pu la remettre en service si tôt.

    La première course avait pour but Tiefenbach pour y garer des wagons. Ensuite, rails et traverses ont été acheminés en-dessous du Wilerbrücke en vue de la révision intégrale de la voie.

    Déchargement des rails au moyen de la grue desservie à la main.

18.5.2012 Fraiseuse Intrac à la station Furka; Gare de Gletsch déblayée

Photographies de Michael Bühler et Ruedi Betschard

 

 

  • Quelques tommes d'aiguille, comme ici celle de l'aiguille 34 à la station Furka, restent montées pendant l'hiver et doivent être libérées à la main.

    Entrée en crémaillère à la station Furka.

    L'accès à l'automate à boissons est maintenant aussi libéré. Mais il reste encore bien du travail à faire jusqu'à ce que le restaurateur de la Furka puisse commencer sa nouvelle saison.

    A l'aide de la fraiseuse Rolba et du trax à pneu, les alentours de la plaque tournante de Gletsch sont déblayés. Du côté montagne, jusqu'à 2m de neige recouvrent la plaque tournante. Pour libérer la fosse, de nombreuses heures de travail à la pelle seront nécessaires.

    Au retour, le chemin vers la vallée était une fois de plus obstrué. Une grosse coulée d'avalanche a recouvert la route du Col sur toute sa largeur. Notre équipe a dû se frayer elle-même un chemin au moyen du trax à pneu.

17.5.2012 Au lieu de déblayer nos voies, il a fallu d'abord ouvrir à nouveau la route du Col

Photographies de Michael Bühler et Markus Grieder

16.5.2012 Un temps à ne pas mettre un chien dehors, mais bien l'équipe de déblaiement

Photographies de Michael Bühler

Du côté valaisan, les travaux ont à nouveau dû être interrompus en raison de chutes de pierres et de glace et du danger accru d'avalanche, qui ne nous a pas permis d'atteindre Gletsch. Le Canton du Valais a également interrompu le déblaiement de la route du Col. Du côté uranais, il a été possible de travailler au moins jusqu'à midi, ensuite le temps était vraiment trop mauvais. La voie a pu être déblayée jusqu'au pont du Sidelenbach.

  • Halte de Tiefenbach; il est rare de trouver encore autant de neige à Tiefenbach lors du déblaiement.

    Le bâtiment de la halte n'est pas encore tout à fait prêt à accueillir nos voyageurs...

    La voie jusqu'à Tiefenbach dans son habit d'hiver. Heureusement que le pont est déjà monté. Un montage par ce temps serait trop dangereux, impossible.

    Jusqu'à midi, les restes des pierres dynamitées ont pu être évacués de la voie, ensuite les travaux sur le côté uranais ont aussi dû être interrompus. Le village de Realp est recouvert de 20cm de neige fraîche, sur les voies davantage en fonction de l'altitude.

15.5.2012 A Gletsch, on continue

Photographies de Markus Grieder

  • La fraiseuse Rolba déblaie la gare de Gletsch.

    Il y a encore beaucoup de neige devant la remise.

    L'équipe de déblaiement de la neige du versant valaisan le 15.5.12

15.5.12 Dynamitage de rochers au lieu de déblaiement de la neige sur le versant uranais

Photographies de Michael Bühler

  • Seule la dynamite et non la fraiseuse à neige viendra à bout de cet obstacle.

    Les plus petits modèles seront évacués par le trax.

    Des trous sont percés dans la grosse pierre.

    puis la pierre éclate en mille morceaux

14.5.2012 De la neige partout, au Canton d'Uri comme en Valais

Photographies de Ruedi Betschard et Michael Bühler

 

 

  • Entre Tiefenbach et le pont du Steinstaffel, il y a des accumulations de neige soufflée. La congère du Steinsäumli est cette année particulièrement imposante. Donc assez de travail pour la fraiseuse Intrac, le trax et l'unité de fraisage.

    La fraiseuse Rolba entre enfin en action et libère la gare de Gletsch de la neige.

12.5.2012 Aussi en Valais, ça continue

Photographies de Claus Mayer

 

Samedi matin, un groupe de 4 hommes voulait se rendre à Gletsch pour piqueter la gare et préparer le travail de la fraiseuse Rolba.

Le Canton du Valais communique que la route du Col est à nouveau obstruée par une coulée et que l'accès à Gletsch en automobile n'est pas possible. Il ne reste plus qu'à marcher du tunnel routier à Gletsch! 

  • Directement en-dessus du tunnel routier, une coulée de neige est descendue sur la route déjà déblayée. Sur le chemin du retour, une grosse pierre tombe sur la route. Le parcours entre le tunnel hélicoïdal et le tunnel routier est dangereux et ne peut être franchi qu'avec précaution et d'entente avec le chef-cantonnier.

    La voie est encore bien recouverte de neige. Sur le chemin de Gletsch, nous avons pu ouvrir la porte du tunnel hélicoïdal.

    La tranchée près du portail supérieur est complètement remplie de neige. Cet endroit est difficile à déblayer car nous sommes de tous les côtés entourés par la route du Col et nous sommes obligés de projeter la neige sur la route.

    A la gare de Gletsch aussi, il faut marquer où se trouvent les tommes d'aiguille et les autres obstacles afin que la fraiseuse puisse travailler sans causer de dégâts. Cette année, nous devons malheureusement constater que plusieurs de nos points de repère ont disparu pendant l'hiver. La recherche de la rampe, des butoirs etc. s'avère dès lors particulièrement ardue.

    Comme aussi bien la Maison Bleue que le bâtiment de la gare étaient encore inaccessibles, nous avons pris la pause de midi sur un balcon de la Maison Bleue. Le temps passa de la pluie persistante (verticale) à de courts moments secs puis à la pluie persistante fouettée par le vent (horizontale). Même à cette époquer de l'année, Gletsch se prêterait bien comme coulisse de film.

    Les premiers piquets montrent l'emplacement de la rampe et des aiguilles.

    Aux alentours de la digue de communication (l'ancien pont de secours), des gros blocs de neige sont collés au sommet de la pente. Espérons qu'ils ne glisseront pas en direction des voies.

12.5.2012 Nous atteignons Tiefenbach

Photographies de Stephan Stauber, Michael Bühler et Ed Groenendijk

 

Le déblaiement sur le versant uranais avance très bien. Samedi soir, la halte de Tiefenbach était complètement dégagée et la fraiseuse Intrac progressait en direction du Steinsäumli.

  • Où se trouve le bâtiment de la halte de Tiefenbach ?

    Beaucoup de neige pour la fraiseuse Intrac en-dessous et à la halte de Tiefenbach

    Entre temps, le chauffeur du trax l'a aussi trouvée.

    Même l'unité de fraisage accouplée à la HGm 51 a encore assez de travail.

    La fraiseuse devrait trouver son chemin le long de ce marquage.

    Que se soit dans le brouillard ou sous une pluie battante, les travaux se poursuivent. On s'oriente de piquet de marquage à piquet de marquage.

10.5.12 Le pont du Steffenbach est monté!

Photographies de Ed Groenendijk et Bernhard Schott

8.5.2012

Photographies de Jürg Bolliger, Ed Groenendijk et Bernhard Schott

  • Qu'est-ce qui nous attend après le tunnel?

    Pendant que la HGm 51 se fraie un chemin dans la neige avec son unité de fraisage.... 

    ...l'équipe commence de libérer à la pelle le pont du Steffenbach.

    D'abord la partie du pont côté vallée

    puis la partie du pont escamotée

    ... et l'abri de protection des rouleaux de câbles; pour la première fois depuis de nombreuses années nous avons dû libérer complètement cet abri de la neige.

    Pour pouvoir fixer à la crémaillère l'installation de sécurité du câble de montage du pont, une tranchée assez importante a dû être creusée.

    Pour pouvoir atteindre la partie du pont côté montagne, le chemin escarpé ä travers le ravin du Steffenbach a dû être déblayé à la pelle. Entre-temps, la HGm 51 a aussi atteint le pont et l'équipe peut rentrer avec la locomotive et profiter d'un repos bien mérité.

7.5.2012

Photographies de Jürg Bolliger, Ed Groenendijk et Bernhard Schott

  • Après l'ouverture de la porte du tunnel 3, on rencontre une coulée d'avalanche d'importance moyenne. 

    On marque tout d'abord la surface de l'endroit à déblayer avec des piquets.

    De temps en temps, l'emplacement de la voie est vérifié au moyen de sondes à avalanche.

    Aujourd'hui, la coulée d'avalanche entre les tunnels 2 et 3 a pu être déblayée. Tout d'abord, le déblaiement est effectué par la fraiseuse Intrac et il est terminé par l'unité de fraisage accouplée à la locomotive HGm 51. Jusqu'ici, le déblaiement avance bien.

    Dans le tunnel 2, beaucoup de glace attendait à nouveau d'être déblayée. Le travail au pic et à la pelle est bien assuré.  

    Après près de 5 heures de travail acharné...

5.5.2012

Photographies de Claus Mayer et Jürg Bolliger

  • Ce matin, le temps nous a surpris. Il neigeait jusqu'à Realp. Jusqu'à midi, on ne pouvait pas travailler sur la voie.

    Après midi, le temps s'est amélioré, si bien qu'une petite équipe de 6 hommes a pu commencer le déblaiement jusqu'au tunnel 3. 

    Après le"bon peuple", la fraiseuse Intrac et le trax arrivent aussi par le Wilerbrücke.

    Le déblaiement a commencé (traditionnellement) par l'évacuation de rochers au km 57.500

    Pour pouvoir travailler, un garde-avalanche a été posté. Bien que le versant en-dessus de la voie soit presque libre de neige, une petite coulée est descendue aujourd'hui jusqu'à l'endroit du déblaiement. 

    Coup d'oeil depuis le portail côté vallée du tunnel 3.

    Du côté montagne du portail du tunnel 3, beaucoup de travail attend sur les fraiseuses.

    Fraiseuse et trax en action.

    La locomotive HGm 51 fraîchement laquée, avec son nouveau moteur et son unité de fraisage, était pour la première fois en action au km 57.500.

Etat de la situation le 3.5.12

Malheureusement, le danger d'avalanche n'a que peu diminué sur le versant uranais. Depuis avant-hier, plusieurs coulées ont atteint la voie. L'ouverture des portes des tunnels n'a par conséquent pas été possible jusqu'ici. Toutefois, nos faiseuses sont arrivées aujourd'hui à Realp et à Oberwald, ce qui permettra à partir de demain de commencer les travaux dans la partie inférieure de la ligne jusque peu après le Wilerbrücke. En Valais, le danger de chutes de glace subsiste encore. D'entente avec les chefs-cantonniers du Canton, nous espérons pouvoir recommencer à travailler sur la ligne à partir de lundi. Demain et samedi, la fraiseuse Rolba libérera la place nécessaire à l'installation du chantier d'assainissement des endroits endommagés. 

  • Tant en-dessous du tunnel 3 qu'entre les tunnels 3 et 2, des coulées d'avalanche sont descendues ces derniers jours jusqu'à la voie. D'une part, il y aura davantage à déblayer, mais d'autre part, cette neige ne nous gênera plus.

3.5.2012 Arrivée des fraiseuses à Realp

  • Aujourd'hui, les deux fraiseuses à chenilles Intrac et Peter ont été transportées de Göschenen à Realp au moyen d'un camion surbaissé de la firme Wipfli. La fraiseuse Rolba a parcouru le même chemin par ses propres moyens.

  • La fraiseuse Rolba n'a fait qu'un court arrêt à Realp pour faire le plein de carburant, puis elle a été chargée sur le train-auto pour se rendre à Oberwald. Cette fraiseuse sera engagée dès demain pour le déblaiement de la neige sur le versant valaisan.

  • Dès son arrivée à Realp, la fraiseuse Intrac s'est mise au travail pour déblayer la Schweigstrasse.

Comment continuer le déblaiement de la neige ?

Nous espérons que nous pourrons dès mercredi ou jeudi nous rendre sans danger jusqu'au tunnel du Alt-Senntumstaffel et ouvrir les portes.

Pendant ce temps, nos fraiseuses à chenilles seront transportées de Göschenen à Realp.

L'équipe Diesel procédera pendant le week-end aux derniers travaux en rapport avec le nouveau moteur de la locomotive diesel HGm 51. http://www.dieselcrew.ch/aktuell.html

Lundi 7.5.12 toutes nos machines devraient être prêtes pour commencer les travaux de déblaiement sur le versant uranais.

Du côté valaisan, nous devons attendre le moment où le travail pourra continuer en toute sécurité. Nous espérons que ce sera le cas à la fin de la semaine.

Du nouveau du côté uranais

  • La ligne en-dessous du tunnel 3

    Les avalanches tant redoutées, qui descendent jusqu'à la voie, ne se sont pas encore produites jusqu'ici. En raison de la pluie persistante, la neige devient très lourde et glisse relativement lentement; elle reste ainsi bloquée en-dessus de la ligne. Il existe toujours un danger accru d'avalanche de neige mouillée et il est pour l'instant impossible de travailler sur la voie.

  • Entre les tunnels 3 et 2

    Jusqu'à présent, il semble que ce soit le plus gros amoncellement.

    Entre Chueplaggenbrücke et tunnel 1

    Là aussi, il y a beaucoup de neige susceptible de glisser jusque sur la voie.

    Steffenbach

    Au Steffenbach, la situation s'est un peu améliorée. Ici, il ne devrait plus y avoir d'avalanche. La congère de droite, à proximité immédiate du pont, a disparu ainsi que beaucoup de neige au niveau de la partie médiane du pont. Lentement, les parties supérieure et inférieure du pont émergent aussi de la neige.

30.4.2012 En Valais, rien ne va plus!

  • Sur le versant valaisan, le trax est parvenu jusqu'au km 44.2. Pour des raisons de sécurité, nous avons dû aujourd'hui interrompre les travaux. Un très grand danger de chutes de pierres et de glace règne juste à cet endroit. Le Canton du Valais doit aussi renoncer à poursuivre le déblaiement de la route du Col.

     Peu avant le secteur endommagé au km 44.333, nous attendons sur un temps plus clément.

Le déblaiement de la neige a débuté le 23.4.12

  • Aujourd'hui, un trax ferroviaire de la firme Vanoli est arrivé à Oberwald via le tunnel de base. Il ne progresse que lentement en direction du secteur endommagé au km 44.33. Ce début avancé du déblaiement est nécessaire pour permettre de commencer les travaux de remise en état.

Reconnaissance du 22.4.12 en Valais

  • Le passage Bogen à Oberwald
    Près du barrage à avalanche d'Oberwald
    Pont du Lammen
    Station de service Rhonequelle

Reconnaissance Realp - Muttbach du 21.4.12 (Photographies Stephan Stauber et Federico Rossi)

  • Situation générale

     

    Après un hiver très riche en neige au début, on trouve en général, sur le versant uranais, des masses de neige supérieures à la moyenne, surtout sur le versant ombragé de la partie inférieure de la ligne. Par contre, plus haut, dans la partie ensoleillée, la quantité de neige est plus ou moins habituelle et, à Muttbach, elle est particulièrement faible. Il faut malheureusement constater que cette situation ne nous est pas favorable en ce qui concerne le déroulement du déblaiement de la neige et des travaux relatifs à la réparation des endroits endommagés par les intempéries: là où nous devons passer et où nous devrions tout d'abord travailler, nous courrons le risque de ne pas pouvoir commencer. Une période intensive de réchauffement serait nécessaire pour faire fondre la neige sur les versants escarpés, alors que les secteurs que nous déblayons en dernier et qui ne sont pas importants pour le déroulement des travaux n'ont que très peu de neige, ce qui permettaient de les effectuer sans danger. C'est ici que réside le risque principal de ne pas pouvoir respecter le calendrier prévu des travaux. Si au cours des deux prochaines semaines avant le début des travaux sur le versant uranais un réchauffement intervient, la situation pourrait s'améliorer considérablement. Mais, selon nos expériences, il n'est pas exclu que l'on rencontre à nouveau des conditions hivernales et que de nouvelles chutes de neige abondantes détériorent à nouveau cette situation.

    Wilerbrücke – Steffenbach

     

    Ce tronçon, que nous avons observé en premier lors de notre montée par la route du Col et la Rufikerstrasse, nous cause malheureusement quelques soucis: à part la couche de neige, qui recouvre toute la ligne et qui correspond à l'enneigement habituel à cette saison, il n'y a pas trop de neige d'avalanche sur les voies (une coulée de 5 à 6 m de haut entre chacun des tunnels 2 et 3 et une autre d'env. 10 m de haut entre les tunnels 2 et 1), les parois qui surplombent la voie n'ont perdu que peu de neige. Les masses de neige accumulées pendant l'hiver ne se sont jusqu'ici écoulées jusqu'à la voie qu'aux deux endroits mentionnés, alors que la plus grande partie est restée bloquée sur la sorte de terrasse qui domine le tracé et a rempli les couloirs. Plus haut sur le versant, en-dessous de la crête, se trouvent encore de plus grosses masses de neige; aussi longtemps que cette neige n'est pas descendue ou n'a pas fondu, il n'est pas possible de travailler ici en toute sécurité. Si rien ne se produit jusqu'au début prévu des travaux, le déblaiement risque d'être différé; tout au plus, si les conditions météorologiques le permettent, pourra-t-on travailler partiellement avec quelques contraintes et la mise en place de mesures de sécurité. Aucune avalanche n'est descendue dans le ravin du Steffen et, selon les estimations de Hans Stäger, ceci ne se passera plus. Par contre, la partie médiane du pont est recouverte sur plusieurs mètres par une congère et seul le mât des poulies est visible. Le déblaiement du pont sera plus difficile que d'habitude.

    Tunnel 3 côté vallée
    Entre les tunnels 3 et 2
    Tunnel 1 côté montagne / Chüeplanggebrücke
    Pont du Steffenbach
    Les Fêtes de Pâques sont passées, maintenant nous cherchons des gares. Quelque part se trouve la halte de Tiefenbach

    Steffenbach – Tiefenbach – Steinstafel

     

    Entre Steffenbach et Tiefenbach, la voie est encore entièrement recouverte de neige d'une hauteur de 1.2 à 1.5m (les croix de St-André au croisement du chemin de randonnée près de la prise d'eau dépassent à peine la neige). Le bâtiment de la halte de Tiefenbach est invisible. Ici, une hauteur de neige d'env. 2.6m a été mesurée! Entre Tiefenbach et Steinstafel, la voie, enfouie sous une épaisse couche de neige, peut à peine être distinguée et la congère du Steinstafel semble être, cet hiver, particulièrement imposante et surtout très large. Sur ce tronçon, il faudra compter avec beaucoup de travail, de nombreuses heures-machines et beaucoup de carburant, si, d'ici le début des travaux, le soleil ne nous enlève pas une grande partie de ce travail.

    Steinsäumli
    Pont du Steinstaffel
    Alpage du Steinstaffel
    En amont du pont du Steinstaffel

    Steinstafel – Furka

     

    Sur le versant ensoleillé entre Steinstafel et Furka, il y a quelques coulées d'avalanche plutôt supérieures à la moyenne; sur le plan du volume, elles ne devraient pas poser de trop gros problèmes; par contre, la consistance de la matière pourrait causer des soucis: il s'agit d'avalanches de fond qui ont entraîné beaucoup d'humus, d'herbe et de buissons. Il est aussi possible que de plus grosses pierres, susceptibles d'endommager nos machines, soient encore cachées. Sur ce tronçon, la hauteur de la neige n'est toutefois, dans l'ensemble, pas supérieure à la moyenne; à plusieurs endroits côté vallée, on distingue le ballast ou les panneaux hectométriques. La hauteur de la neige à la station Furka est dans la norme: le bâtiment n'est pas encore visible, mais on voit un coin du container sanitaire et quelques mètres de voie près de l'aiguille 31 ainsi que le portail du tunnel.

    Pont du Sidelenbach
    Station Furka
    Portail du tunnel à Muttbach

    Muttbach

     

    A Muttbach, il y a relativement peu de neige: aucune coulée d'avalanche n'a atteint le territoire de la halte ou s'en est approché. Dans le versant en-dessus de la halte, il n'y a plus rien qui pourrait encore descendre jusque là. De même, la route cantonale en direction vallée est en partie déjà libre de neige et le tracé de la route d'accès est bien visible. Ici, le déblaiement sera facile et ne devrait pas poser de problème.

    Route du Col près de l'alpage de Muttbach
    Route d'accès à la halte de Muttbach
    Halte de Muttbach

Reconnaissance Oberwald - Gletsch du 1.4.2012

  • Compte-rendu de Federico Rossi sur les conditions d'enneigement entre Oberwald et Gletsch:

    Nous avons été plutôt positivement surpris par les conditions que nous avons rencontrées ici: la masse de neige fond relativement rapidement (par beau temps comme ces derniers jours env. 5 à 10 cm par jour)  de nombreux petits dégâts aux installations apparaissent. 

    Oberwald  la neige sur les voies commence à fondre, on distingue déjà à plusieurs endroits les rails ou la crémaillère. Il reste env. 50 cm. de neige à la gare. Les wagons sont maintenant suffisamment dégelés pour qu'on puisse tous les voir. On distingue aussi des dégâts: les barrières du Eak ont mal supporté l'hiver. Une est tordue, l'autre est cassée. Au passage à niveau ‚Bogen’, le couvercle de la caisse de protection du moteur côté vallée est un peu enfoncé. Le signal de manoeuvre inférieur a été arraché (boulons sur le puits en béton cassés). Le signal S est aussi tordu (plaque de l'angle sur le fondement en béton tordue).

    D' Oberwald à Lammen , il y a encore, mesuré de bas en haut, entre 50 à 90 cm de neige; certains endroits exposés au soleil sont libres de neige et la voie est visible. Aux ponts du Rätterisbach et du Lammen, des barrières ont été tordues sous le poids de la neige; en deux ou trois endroits, elles ont même été cassées et pliées vers le bas. 

    En-dessus du viaduc du Lammen jusqu'aux environs du km 44 il y a une couche de neige plus ou moins égale et compacte d'env. 1 mètre de hauteur.

    A partir de la source du Rhône, nous avons suivi la route du Col; sur la voie se trouve une coulée d'avalanche escarpée en fonction de la configuration du terrain, qu'il serait difficile de franchir. On ne reconnnait la voie qu'avec peine, mais on peut la supposer dans la pente. Les murs de soutènement ne sont guère visibles.

    Le portail inférieur du tunnel hélicoïdal est comme toujours quasiment libre. La congère à l'extrémité inférieure du pont routier n'est pas particulièrement importante et surtout pas très pointue, ce qui permet de la franchir sans trop de peine. La tranchée près du portail supérieur du tunnel hélicoïdal est comme toujours assez bien remplie.

    La hauteur de la neige à Gletsch est plutôt faible, comme on peut en juger aux barrières et aux glissières de sécurité de la route (env. 1m). Aucun dégât n'est visible à nos bâtiments. 

    Le trajet en direction du passage à niveau de la route de la Furka / Muttbach est relativement bien visible, on voit aussi très bien certains hauts murs de soutènement. A partir de Gletsch, on ne distingue pas de coulées d'avalanche sur le versant nord où passe la voie. Plus haut, la neige semble avoir été fortement soufflée (couloirs et creux remplis, blocs de rochers exposés libres de neige).

    Je pense que les informations que l'on pouvait tirer des dernières cartes sur la hauteur de la neige du ina du 29. 03. (env. 2m à 2000m dans la région de la Furka et, de ce fait, une hauteur de neige correspondant à 100% de la moyenne annuelle à long terme) est aussi valable pour cette partie de la ligne. Par rapport à la situation extrême du début de l'hiver, avec des hauteurs de neige de 170% et plus par rapport à la moyenne à long terme, nous avons maintenant une complète normalisation. Actuellement, la neige fond rapidement sous l'effet du beau temps de printemps et de températures relativement élevées. Il semble que l'avance du déblaiement dépendra à nouveau de l'évolution de la situation au cours des prochaines cinq à huit semaines. Tout est encore ouvert. On peut toutefois partir de l'idée que nous pouvons oublier la poussée d'adrénaline provoquée par les chutes de neige intensives de janvier - en attendant les prochaines…

    Il serait naturellement très souhaitable de voir ce qui se passe plus haut, à conditions que la météo soit favorable à la reconnaissance prévue du versant valaisan. Dans tous les cas, nous continuerons à suivre attentivement l'évolution de la situation. 

    Cordiales salutations

    Federico

    Les photographies de ce chapitre sont de Martin Fischer 

Reconnaissance du 11.03.2012 sur le versant uranais (Photographies de Jürg Bolliger)

  • Dans la région du tunnel du Senntumstaffel, il y a beaucoup de neige soufflée

     

    En-dessus du portail du tunnel, au centre de la photographie, on voit une grosse déchirure dans la couche de neige.

    Jusqu'ici, la vallée du Steffenbach a aussi été épargnée par les avalanches. Espérons que cela reste ainsi. Les parties du pont côté montagne et côté vallée sont toutefois entièrement enfouies dans la neige.

     

    Captage d'eau de Tiefenbach

    L'alpage de Steinstaffel a presque complètement disparu, même la pierre n'émerge que peu de la neige.  

     

    Entre Steinstaffel et Sidelenstaffel, plusieurs avalanches de fond ont atteint la voie. Lors du déblaiement, nous devrons compter ici avec beaucoup de pierres. Sur la deuxième photographie, on voit que toute la partie supérieure du versant s'est détachée.

    En-dessus du pont du Sidelenbach, aucune coulée n'a atteint la voie jusqu'ici.

News

  • Besichtigung Rega
  • Bauwoche KW 43 ...
  • Nürnberg:Griechenland
  • furkaSTAMM
  • Werbestand BE
  • VFB-NWCH Mitgliedertreffen
  • Infostand Rh-M
  • Nürnberg:Bauwoche
  • Werbestand BE
  • Werbestand BE
  • montrer tous...
Webcam

Archive

  • Besichtigung Rega
  • Pont de Steffenbach
  • Werbestand BE
  • NWCH-Herbstausflug
  • montrer tous...