Etat actuel des travaux d'entretien des locomotives à vapeur

dfb Logo

Etat actuel des travaux d'entretien effectués sur les locomotives à vapeur

Chaque année en hiver, les locomotives à vapeur sont plus ou moins démontées afin de mieux pouvoir contrôler les pièces et, le cas échéant, les réparer ou les remplacer. Ces travaux sont pour la plupart effectués bénévolement par notre propre personnel des locomotives. Les travaux spéciaux sont exécutés dans notre propre atelier d'Uzwil et quelques travaux très spécialisés, comme par exemple le profilage des roues, doivent être exécutés à l'extérieur.

Vous trouvez ci-après quelques photographies qui documentent les travaux d'entretien.

Avril 2013

(Photographies de Hansruedi Dällenbach)

  • Loc 1

    La bielle d'accouplement arrière est remontée après que les paliers lisses des manetons aient été remplacés.

  • Loc 4

    Montage de la bielle d'accouplement arrière

  • Loc 4

    Montage de la bielle motrice

  • Loc 4

    Montage de la crosse de piston

Mars 2013

(Photographies de Martin Horath, Hansruedi Dällenbach)

  • Loc 4

    La boîte à feu est nettoyée pour faciliter le contrôle.

    La photographie est prise du foyer en direction de la paroi de la boîte à feu. On distingue bien les gros tubes à fumée avec les tuyaux du surchauffeur Schmidt pour la production de la vapeur chaude. En dessous, les nombreux petits tubes à chaleur. Les gaz de combustion parcourent tous ces tuyaux et chauffent l'eau circulante.

    p.s. Tout d'abord, il ne faut pas souffrir de claustrophobie si l'on veut travailler dans les boîtes à feu et ensuite c'est un travail assez repoussant lorsque l'on sait comment la boîte à feu se présente avant le nettoyage!

  • Loc 1

    Le régulateur à vapeur principal, fraîchement meulé, est replacé dans le dôme à vapeur.

    La commande du régulateur s'effectue au moyen d'une crémaillère amovible (un peu plus claire) qui aboutit dans la cabine de conduite. Le mécanicien la dessert au moyen d'un levier.

    En dessous, on distingue les tuyaux à vapeur vus du côté de l'eau.

  • Loc 1

    Les boisseaux révisés et leur commande sont à nouveau assemblés.

Février 2013

(Photographies de Martin Horath, Hansruedi Dällenbach)

  • Loc 1

    Les anneaux d'étanchéité des tiges de piston de la crémaillère révisés sont replacés. Dans le temps, il s'agissait de presse-étoupes en métal blanc qui supportaient mal la température.

  • Loc 4

    Avant la remise sur essieu, la soupape de décharge révisée de la chaudière doit encore être montée. Autrement, il ne manque plus rien.

  • Loc 4

    Pour la remise sur essieu, le travail est grandement facilité si une personne est présente de chaque côté et à chaque essieu.

  • Loc 4

    Le chef dessert la commande des vérins pour positionner la locomotive sur les essieux.

  • Loc 4

    De chaque côté et à la hauteur de chaque essieu, la boîte d'essieu doit être placée de façon à ce qu'elle entre exactement dans le châssis lors du positionnement de la locomotive.

  • Loc 4

    La fixation centrale de l'essieu de roulement doit être fixée avant que la locomotive soit positionnée, autrement c'est encore plus étroit.

  • Loc 4

    En unissant les forces, la conduite latérale de l'essieu de roulement est encore montée.

  • Loc 4

    Terminé! La locomotive est de nouveau sur ses propres pieds.

    La prochaine fois, les bielles seront montées.

Janvier 2013

(Photographies de Martin Horath, Hansruedi Dällenbach)

  • Loc 1

    Chaque hiver le toit est nettoyé à fond. Une fois ciré, il brille vraiment.

  • Loc 1

    L'ouverture du bloc de cylindres, avec les entrées et sorties latérales pour la commutation de jumelle à adhérence au moyen du boisseau, doit être absolument libre de tout reste d'huile afin qu'il puisse fonctionner sans problème.

  • Loc 1

    Lors du garage de la locomotive, un peu de vapeur continuait toujours de s'échapper du cylindre. Le régulateur de vapeur a été démonté et examiné. En touchant le petit régulateur, il est apparu une surface irrégulière au niveau de la soupape, susceptible de provoquer cet échappement continuel de vapeur. Les régulateurs (grand et petit) seront meulés puis replacés.

  • Loc 4

    Les essieux sont montés au train de crémaillère. On distingue la position antérieure en forme de boule du train de crémaillère sur le premier essieu couplé de ce sytème de construction. Ainsi une inclinaison de cet essieu couplé avec sa fixation sur l'essieu moteur est possible lorsque la voie le demande. (p. ex. dans les courbe réhaussées).

  • Loc 4

    Après l'assemblage, ces éléments sont transportés vers la locomotive.

  • Loc 4

    Les éléments sont glissés sous la locomotive et ils sont prêts pour la mise sur essieu. On doit encore décider s'il faut ou pas comprendre les bielles dans l'opération.

  • Loc 4

    Avant de pouvoir mettre sur essieu, tous les éléments mobiles de la suspension doivent être démontés, contrôlés, graissés puis remontés. Ici le boulon du levier compensateur entre l'essieu-moteur et l'essieu couplé arrière. La place à disposition n'est pas idéale, mais autrement il faudrait soulever le réservoir, ce qui serait beaucoup plus fastidieux.

Décembre 2012

(Photographies de Martin Horath, Hansruedi Dällenbach)

  • À Realp, c'est vraiment l'hiver.

  • Loc 1

    Démontage du boisseau

    Avec l'installation adéquate, les boisseaux peuvent être relativement facilement démontés. En raison des dépôts d'huile mélangée au charbon, ils sont parfois collés assez fortement.

  • Loc 1

    Démontage des segments du robinet de piston

    Avec une petite pince à segment de piston et quelques plaques métalliques minces, les segments peuvent être facilement retirés. Les rainures des segments peuvent ensuite être libérées des dépôts d'huile mélangée au charbon afin que les pistons puissent à nouveau fonctionner normalement.

Novembre 2012

(Photographies de Martin Horath)

  • Loc 4

    sortie des essieux et posée sur chevalets.

    Il est ainsi possible de démonter facilement le train de crémaillère et de contrôler plusieurs autres pièces de l'entraînement et du châssis.

  • Loc 4

    Train de crémaillère démonté

    On voit ici très bien comment le train de crémaillère repose sur les essieux, c'est-à-dire le système Abt.

  • Loc 4

    Montage du train de crémaillère

    Auparavant, on avait aussi démonté les deux dents de crémaillère motrices pour pouvoir contrôler le ressort tangentiel (ressort Omega).
    On voit bien les bandes de freinage des deux systèmes de freinage indépendants.

  • Loc 4

    Bandages reprofilés

    Entre temps, les bandages ont été reprofilés par une entreprise externe et ils sont prêts au montage. Les bielles et les boîtes d'essieux nettoyées sont également prêtes à être montées.

  • Loc 4

    Coup d'oeil vers l'avant entre le châssis et le bloc de cylindres.

    On ne voit pas cela tous les jours. Après la sortie d'essieux et un nettoyage complet, tout brille même à l'intérieur. L'important toutefois est que l'on puisse ainsi découvrir les dégâts.

  • Loc 4

    Vue vers l'avant de l'intérieur du châssis sur le système d'entraînement de la crémaillère.

    On distingue ici très bien à l'intérieur l'entraînement de la crémaillère avec la crosse de piston, la tige du piston et la règle. En tant qu'entraînement à faible pression, ces cylindres ont un diamètre sensiblement plus gros que ceux de l'entraînement pour l'adhésion, non visible ici.

News

  • MitgliederANLASS
  • Nürnberg:Ausflug ...
  • Sektionsreise ...
  • HG 4/4 704 Fest
  • Nürnberg:Meiningen
  • montrer tous...
Webcam

Archive

  • VFB-Mitgliedertag
  • Bauwoche 33 ZH-SH-GL
  • Reise zur Furka
  • furkaSTAMM
  • montrer tous...