Hiver 2019

dfb Logo

Déblaiement de la neige 2019

  • Auteurs

    Texte et présentation:

    Patrick Smit

    Photographies et films: Werner Dietrich, Daniel Ernst, Marcel Gwerder, Cilly Jauch, Jenny Lichtenstein, Andreas Obrecht, Claude Périat, Federico Rossi, Andreas Schuler, Ruedi Schwarz, Fred Schönthal, Patrick Smit, Christoph Spinnler, Stephan Stauber, Manfred Willi, Luc Wullschleger, Bruno Zimmermann

    Reportage de swissinfo.ch: Mercredi 15.5.2019, la journaliste Marie Vuilleumier et le photographe de presse Thomas Kern nous ont accompagné pendant toute la journée. Leur reportage reflète la bonne atmosphère et la situation difficile qui régnaient pendant le déblaiement de la neige. 

    Samedi 15 juin 2019 à 08.30h, la HGm 51 avec son unité de fraisage en provenance d'Oberwald atteint la station Muttbach-Belvédère. Après 22 jours de déblaiement de la neige, toute la ligne entre Realp et Oberwald est enfin complètement déblayée. 
    Il convient encore de terminer la mise en service des installations jusqu'à la reprise de l'exploitation dans une semaine. 

    Un tout grand merci à toutes et à tous les collègues qui ont collaboré sans relâche et dans des conditions météorologiques souvent très difficiles au déblaiement de la neige, au montage du pont du Steffenbach, à la remise en service des installations et à la cantine de Realp. Toutes et tous ont rempli les conditions principales pour permettre le déroulement de la saison d'exploitation 2019. 


    Vous trouvez les compte-rendus et les photographies de chaque journée de déblaiement après les résumés. 

    Résumés

    État des travaux le 2.6.2019

    Pour l'instant, les tronçons suivants ne sont pas encore (complètement) déblayés:

    • km 44 – Gletsch.
    • Installations ferroviaires de Gletsch.
    • Gletsch – Muttbach-Belvédère.
    • Route d'accès à la station Muttbach-Belvédère.


    La voie entre Oberwald et le km 44 est libre de neige. Dans le  fichier PDF, vous pouvez visualiser l'état actuel du déblaiement de la voie. 
     
    En raison des conditions ci-après, les travaux restants de déblaiement et de remise en état des installations ne pourront être entrepris qu'après Pentecôte:

    • Sur le versant valaisan, la route du Col de la Furka en amont de Gletsch n'est déblayée que jusqu'au 2e virage. Pendant le déblaiement de la route effectué jusqu'ici en amont de Gletsch, plusieurs coulées de neige mouillée se sont détachées et ont recouvert la voie en amont du pasage à niveau de la Maison Bleue. 
    • En raison des congères qui se sont formées dans la région du sommet du Bidmer (la voie et la route du Col de la Furka sont situées sur le versant nord du Bidmer), le Canton du Valais a interrompu le déblaiement de la route peu avant l'Ascension (30.5.2019). Ces congères seront éliminées dans la semaine précédant Pentecôte. Il faut s'attendre à ce que les valanches de neige mouillée déclenchées par l'explosion recouvent la voie. In der Woche vor Pfingsten sollen diese Wächten nun aus der Luft gesprengt werden. 
    • Pendant le déblaiement de la route du Col de la Furka entre Belvédère et le sommet du Col par le Canton du Valais, il n'est pas exclu que des coulées et des avalanches de neige mouillée recouvrent la route d'accès à la station Muttbach-Belvédère.
    • En raison de la réfection intégrale de la voie, le tronçon Realp-Oberwald sera interrompu dans la région du viaduc du Sidelenbach jusque peu avant le début de l'exploitation (22.6.2019).

     

    Beaucoup de neige en raison des chutes de neige record et un mois de mai frais et maussade. 

    Les raisons sont les suivantes:

    • La grande quantité de neige tombée depuis janvier 2019.
      En avril 2019, en excédant de 130 à 200%, localement même de 200% la norme enregistrée entre 1981 et 2010, les précipitations, notamment dans le Haut-Valais, ont provoqué des chutes de neige record pour un mois d'avril.
    • Les températures moyennes inhabituellement basses en mai 2019. 
      Les analyses de Meteoschweiz ont fait ressortir que les températures du mois de mai 2019 étaient, sur l'ensemble du territoire, 2,5 degrés en-dessous de la norme. Selon MeteoSchweiz-Blog, c'est le mois de mai le plus froid de ces derniers 30 ans. 

    C'est aussi pourquoi la neige fond plus lentemant que d'habitude. 

     

    4e semaine du déblaiement de la neige  (12.6.2019-15.6.2019)

    ...

    Jour 19: Mercredi 12.6.2019
    Déblaiement entre la gare de Gletsch et le passage à niveau de la route de la Furka au moyen d'une fraiseuse INTRAC

    Jour 20: Jeudi 13.6.2019
    Déblaiement entre le passage à niveau de la route de la Furka et la station Muttbach-Belvédère au moyen d'une fraiseuse INTRAC

    Jour 21: Vendredi 14.6.2019
    Déblaiement entre la gare de Gletsch et le passage à niveau de la route de la Furka 

    Jour 22: Samedi 15.6.2019
    Déblaiement entre le passage à niveau de la route de la Furka et la station Muttbach-Belvédère

    3e semaine du déblaiement de la neige (27.5.2019-1.6.2019)

    En raison des congères qui se sont formées dans la région du sommet du Bidmer, le Canton du Valais n'a jusqu'ici déblayé la route du Col de la Furka que jusqu'au 2e virage en amont de Gletsch. Pendant ce déblaiement, plusieurs coulées de neige mouillée ont recouvert la voie en amont de la prise de crémaillère près de la Maison Bleue. 

    Malgré le temps froid et humide pendant la première moitié de la semaine, la station Furka a pu être déblayée jusqu'à jeudi et remise en état à l'exception de la plaque tournante et de l'approvisionnement en eau. Comme jusqu'ici, le toit du bâtiment est encore recouvert par 3 m. de neige. 

    Après le déblaiement de la station Furka, les deux fraiseuses INTRAC ont été transportées jusqu'au portail ouest du tunnel de faîte. Au préalable, le trax a construit une rampe dans la masse de neige du portail ouest.  Puis les deux fraiseuses INTRAC ont pu déblayer les installations de la station Muttbach-Belvédère. Sur la voie de garage de la station, il a fallu évacuer 6 m. de neige. 

    Après le déblaiement des installations de la station, une fraiseuse a entrepris le dégagement de la route d'accès à la station Muttbach-Belvédère. La neige d'avalanche mélangée à la boue et aux éboulis a rendu ce déblaiement très fastidieux. En raison des congères surplombant la route d'accès et le danger que des avalanches de neige mouillée ne s'abattent sur la route d'accès pendant le déblaiement de la route du Col de la Furka entre Belvédère et le sommet du Col, le déblaiement a été interrompu au tiers de la distance. 

    Le jeudi, une fraiseuse INTRAC a été transportée à Realp, chargée sur le train-auto jusqu'à Oberwald et acheminée par un camion d'une entreprise de transport locale jusqu'au côté montagne du tunnel hélicoïdal en aval de Gletsch. Ensuite, le mur de neige haut de près de 5 m. se trouvant à cet endroit a été fraisé. Une grosse plaque de glace coincée dans le mur de neige a demandé beaucoup de doigté lors du fraisage à proximité du portail du tunnel. 

    Le temps très chaud lors de la deuxième moitié de la semaine a eu pour conséquence qu'à partir de midi,  la neige était trop molle et dangereusement glissante pour les machines. De ce fait, le déblaiement mécanique entre Muttbach-Belvédère et Gletsch a dû être interrompu à partir de midi. Pour cette raison, les installations de la gare de Gletsch et le tronçon entre la prise de crémaillère de la station Muttbach-Belvédère et le passage à niveau de la route de la Furka n'ont pas encore pu être déblayés. 

    Jour 13: lundi 27.5.2019
    Déblaiement du km 52.5 au portail du tunnel de faîte

    Jour 14: mardi 28.5.2019
    Déblaiement de la station Furka

    Jour 15: mercredi 29.5.2019
    Déblaiement de la station Furka

    Jour 16: jeudi 30.5.2019
    Déblaiement de la station Muttbach-Belvédère

    Jour 17: vendredi 31.5.2019
    Déblaiement de la station Muttbach-Belvédère

    Jour 18: Samedi 1.6.2019
    Déblaiement entre le côté montagne du tunnel hélicoïdal et le passage à niveau de la Maison Bleue. 

    2e semaine du déblaiement de la neige (20.-25.5.2019)

    Le réchauffement de la température et les intempéries du début de la 2e semaine ont entraîné une augmentation sensible du danger d'avalanches. En raison d'avalanches de neige mouillée, le surveillant a dû alarmer à plusieurs reprises les équipes qui travaillaient en aval du pont du Steffenbach. Les équipes se sont réfugiées dans le tunnel où elles ont attendu la fin des alertes. 

    Dans la nuit de lundi à mardi, une avalanche de neige mouillée est descendue entre le tunnel 3 et le tunnel 2 sur la voie qui avait déjà été déblayée. Les travaux du nouveau déblaiement ont pris une demi-journée.  En raison de fentes apparues dans le canal de neige haut de 15 m et surplombant légèrement le portail amont du tunnel 2, la voie a dû être interrompue le mardi matin. Après avoir examiné la situation sur place et avoir consulté un guide de montagne, la voie a pu à nouveau être libérée. 

    Le montage définitif de la crémaillère à la culée aval du pont du Steffenbach nous a coûté une demi-journée de travail. En raison des basses températures, nous avons dû chauffer les rails et la crémaillère au moyen d'un brûleur à gaz, dévisser de nombreux boulons des rails et de la crémaillère et mettre en place la voie et la crémaillère au moyen de cordes et d'un Habegger de façon à pouvoir revisser les boulons et placer tous les joints de la crémaillère dans les limites des tolérances.

    Les rails et la crémaillère fortements gelés entre le tunnel 2 et le tunnel 1 ont nécessité, pendant le déblaiement avec la HGm 51, l'aide du trax et des déblayeurs manuels. À cause des parois de neige hautes de 17 m de chaque côté de la voie, la neige fraisée n'a plus pu être évacuée sur les côtés. Par la suite, une paroi de neige toujours plus importante s'est formée devant la HGm 51. Elle a dû être évacuée avec la fraiseuse INTRAC plus puissante. 

    Mercredi matin, une chute de pierres en amont du pont du Wiler nous a retardé. Grâce à plusieurs déblayeurs et au wagon-grue transporté sur place, les pierres ont pu être évacuées en l'espace d'une heure. Puis, à l'aide du wagon-grue, le chevalet et les poulies du pont du Steffenbach ont été démontés et transportés dans leurs endroits d'estivage. Ensuite, les fraiseuses INTRAC et le trax ont été transportés avec le wagon surbaissé de l'autre côté du pont du Steffenbach. Nous avons enfin pu commencer le déblaiement en amont du pont. Grâce au beau temps et aux bonnes conditions d'enneigement,  nous avons pu rapidement dégager et sortir de l'hiver la station Tiefenbach et déblayer le tronçon entre le pont du Steffenbach et l'entrée en crémaillère de la station Furka jusqu'au samedi 25.5.2019.

    Le Canton d'Uri a presque entièrement déblayé la route du Col de la Furka jusqu'au sommet. Le Canton du Valais reprendra le déblaiement de la route du Col du Grimsel seulement lundi 27.5.2019. Ensuite, le versant valaisan de la route du Col de la Furka sera déblayé. Les masses de neige rencontrées lors de notre reconnaissance du 11.5.2019 laissent supposer que le déblaiement de la route prendre plus de temps que d'habitude. Ceci aura pour nous des conséquences importantes sur le déblaiement de la 3e semaine. 

    Jour 7: Lundi 20.5.2019
    Activités de déblaiement très réduites en raison de l'augmentation sensible du danger d'avalanches.  

    Jour 8: Mardi 21.5.2019
    Nouveau, resp. poursuite du déblaiement jusqu'au pont du Steffenbach

    Jour 9: Mercredi 22.5.2019
    Déblaiement entre le pont du Steffenbach et Tiefenbach

    Jour 10: Jeudi 23.5.2019
    Déblaiement entre Tiefenbach et le viaduc du Steinstafel

    Jour 11: Vendredi 24.5.2019
    Déblaiement entre le viaduc du Steinstafel et le viaduc du Sidelenbach

    Jour 12: Samedi 25.5.2019
    Déblaiement entre le viaduc du Sidelenbach et le km 52.5

    1ère semaine du déblaiement de la neige (13.-18.5.2019)

    La forte bise nous a accompagné pendant presque toute la semaine. De ce fait, la couche de neige supérieure était tous les matins gelée et dangereusement glissante. Avec l'augmentation de la température pendant la journée, cette couche fondait un peu. 

    Les masses de neige rencontrées par endroit sont susceptibles de battre des records. Le 13.5.2019, au début des travaux de déblaiement, la voie était presque entièrement enfouie sous la neige entre le pont du Wiler et le km 44 (entrée dans la gorge du Rhône).  

    Entre le tunnel 2 et le tunnel 1, une grosse avalanche a enseveli le portail amont du tunnel 2 sous près de 4 m. de neige.  Entre le tunnel 2 et le tunnel 1, la neige atteignait jusqu'à 17 m. de hauteur. Le portail amont du tunnel 1 a également été enseveli par une avalanche. Par endroit, la neige était haute de 7 m. En outre, un gros rocher empiétait ici sur le profil d'espace libre. Il nous a donné beaucoup de fil à retordre. 

    Bien que seul 1/4 du ravin du Steffenbach était rempli par la neige d'avalanche, nous avons eu besoin de 4 jours pour creuser un canal dans la neige fortement gelée à l'aide de la fraiseuse YANMAR. Malgré ces difficultés, il a été possible de monter le pont du Steffenbach le samedi 18.5.2019. En raison des basses températures, il n'a pas été possible de fixer définitivement tous les boulons de la crémaillère.  

    Le Canton du Valais a déblayé la route du Col de la Furka jusqu'à Gletsch. En raison d'une coulée de neige lors du déblaiement de la route du Col du Grimsel et de grosses congères dans la région du Lammern, le Canton du Valais a interrompu le déblaiement jeudi 16.5.2019 et a interdit toute la circulation sur la route de Gletsch jusqu'à nouvel avis. 

    Jour 0: Dimanche 12.5.2019
    Déblaiement entre Realp et le km 57.1, instructions sur la sécurité

    Jour 1: Lundi, 13.5.2019
    Déblaiement entre le km 57.1 et le tunnel 3, déblaiement du ravin du Steffenbach

    Jour 2: Mardi 14.5.2019
    Déblaiement entre le tunnel 3 et le tunnel 2, déblaiement du ravin du Steffenbach

    Jour 3: Mercredi 15.5.2019
    Déblaiement entre le tunnel 2 et le tunnel 1, déblaiement du ravin du Steffenbach

    Jour 4: Jeudi 16.5.2019
    Déblaiement entre le tunnel 2 et le tunnel 1, déblaiement du ravin du Steffenbach, reconnaissance Tiefenbach-Furka

    Jour 5: Vendredi 17.5.2019
    Déblaiement entre le tunnel 2 et le tunnel 1, déblaiement du ravin du Steffenbach, travaux préparatoires pour le montage du pont du Steffenbach

    Jour 6: Samedi, 18.5.2019
    Déblaiement entre le tunnel 2 et le tunnel 1, dégagement d'un bloc de rocher près du tunnel 1, montage du pont du Steffenbach

    Travaux préparatoires

    Mercredi 2.1.2019 - Vendredi, 4.1.2019

    Travaux d'entretien aux deux fraiseuses INTRAC à Göschenen

    Samedi, 5.1.2019
    Cours sur les avalanches à Realp

    Samedi, 4.5.2019
    Reconnaissance du tronçon entre Realp et Tiefenbach

    Samedi, 11.5.2019
    Reconnaissance du tronçon entre Oberwald et Muttbach Belvédère

Des coulées de neige entravent l'exploitation ferroviaire les 29./30.6.2019

  • Le 30.6.2019, une nouvelle coulée de neige entre le tunnel 2 et le tunnel 1 entrave la marche du train 134 vers Realp. 

    Le 29.6.2019, une coulée de neige près du portail amont  du tunnel 2 entrave la marche de l'"Express du randonneur" de Realp à Oberwald.

    Tous les passagers de l'"Express du randonneur" mettent la main à la pâte pour libérer la voie. 

    Vue depuis la cabine de conduite de la HGm 4/4 no. 61 sur la coulée de neige.

    La HGm 4/4 no. 61 attend au tunnel 2 sur la poursuite de son voyage.

    Après près d'une heure, la voie est libérée de la neige et de la boue. 

15.6.2019: Jour 22 - Déblaiement entre le passage à niveau de la route de la Furka et la station Muttbach-Belvédère

  • La HGm 51 et son unité de fraisage peu avant 07.00h. en amont du passage à niveau de la route de la Furka. 

    Grâce au bon travail préparatoire de Michael Bühler, Martin Fischer et Fred Schönthal, la HGm 51 avec son unité de fraisage progresse bien en amont du passage à niveau de la route de la Furka.

    À la recherche d'un dérangement à l'unité de fraisage.

    La panne de l'unité de fraisage étant levée, on continue en direction de la station Muttbach-Belvédère.

    Le canal de neige dans le cône d'avalanche en amont du passage à niveau de la route de la Furka. 

    La HGm 51 et son unité de fraisage.

    Michael Bühler, Martin Fischer, Oliver Rusterholz et Andreas Schuler cassent la glace qui entoure la crémaillère et les rails. 

    La HGm 51 avec son unité de fraisage peu avant la station Muttbach-Belvédère.

    La prise de crémaillère de la station Muttbach-Belvédère à l'issue du déblaiement.

    La boue et de nombreuses pierres empêchent le déblaiement de la route d'accès à la station Muttbach-Belvédère au moyen des fraiseuses INTRAC. Ici il faut utiliser le trax à pneu.

    Après qu'Andreas Schuler ait réduit, au moyen du "rock cracking", le gros bloc de rocher en amont du pont provisoire en petits morceaux, ceux-ci sont évacués au moyen du wagon-grue. 

    Le gros bloc de rocher est déplacé en direction du gouffre.

    À l'aide d'un levier, Oliver Rusterholz et Andreas Schuler font basculer le bloc de rocher.

  • État des travaux le 15.6.2019

    • Ligne Realp-Oberwald déblayée.
    • Déblaiement d'un rocher en amont du pont provisoire.
    • Mise en service de la gare de Gletsch.

14.6.2019: Jour 21 - Déblaiement du passage à niveau de la route de la Furka à la station Muttbach-Belvédère

  • Dans le cône d'avalanche en amont du passage à niveau de la route de la Furka.

    La fraiseuse INTRAC venant de Gletsch atteint la station Muttbach-Belvédère.

    Vue depuis le portail du tunnel de faîte vers l'ouest.

    Les deux fraiseuses INTRAC à la station Muttbach-Belvédère à l'issue de "leur* déblaiement.

    Peu après le passage à niveau de la route de la Furka, la crémaillère est fortement gelée.  

  • État des travaux le 14.6.2019

    • Tronçon Oberwald-passage à niveau de la route de la Furka déblayé.
    • Déblaiement avec la fraiseuse INTRAC entre le passage à niveau de la route de la Furka et Muttbach-Belvédère.

13.6.2019: Jour 20 - Déblaiement entre le passage à niveau de la route de la Furka et la station Muttbach-Belvédère

  • La fraiseuse INTRAC peu après le passage à niveau de la route de la Furka.

    Un gros cône d'avalanche en amont du passage à niveau de la route de la Furka nécessite, avec la fraiseuse INTRAC, le fraisage de 5 couches de 1.5 m jusqu'à ce que le bord supérieur de la crémaillère puisse à peine être atteint. 

    La station Muttbach-Belvédère est en vue.

    La fraiseuse INTRAC entre le passage à niveau de la route de la Furka et la station Muttbach-Belvédère.

    Le tracteur diesel Tm 506 et le wagon-outillage sur la voie de garage de la station Muttbach-Belvédère.

    La station Muttbach-Belvédère dans le soleil matinal.

    Vue depuis la station Muttbach-Belvédère en direction de la route du Col de la Furka en-dessous du Belvédère. Les amoncellements de boue, de pierres et de reste de neige qui recouvrent la route d'accès à la station Muttbach-Belvédère doivent être déblayés au moyen du trax à pneu. 

    Alors que le déblaiement est encore en cours sur le versant valaisan, les essais de frein obligatoires sont déjà effectués sur le tronçon déblayé entre Realp et le pont du Steffenbach. 

    Vue depuis la plateforme d'une voiture à voyageurs sur la neige d'avalanche qui recouvre le lit de la Furkareuss en aval du tunnel 3.  

  • État des travaux le 13.6.2019

    • Déblaiement avec la fraiseuse INTRAC entre le passage à niveau de la route de la Furka et Muttbach-Belvédère.

12.6.2019: Jour 19 - Déblaiement du passage à niveau de la Maison Bleue au passage à niveau de la route de la Furka

  • La fraiseuse INTRAC en amont du passage à niveau de la route de la Furka.

    Grâce aux hautes températures de ces derniers jours et aux fortes intempéries de hier et avant-hier, la neige recouvrant la voie a fondu en grande partie. De ce fait, le déblaiement avec la fraiseuse INTRAC est beaucoup moins difficile que ce que l'on pensait. 

  • État des travaux le 12.6.2019

    • Déblaiement entre Gletsch et le passage à niveau de la route de la Furka au moyen de la fraiseuse INTRAC.

10./11.6.2019: Fortes intempéries

  • Niveau de l'eau et écoulement de la Reuss à Andermatt (Source: OFEV).

    Niveau de l'eau et écoulement du Rhône à Gletsch (Source: OFEV).

    Les fortes intempéries ont provoqué des glissements de terrain et des chutes de pierre dans la gorge du Rhône qui ont recouvert la route cantonale à plusieurs endroits entre Oberwald et Gletsch.

1.6.2019: Jour 18 - Déblaiement entre le tunnel hélicoïdal côté montagne et la passage à niveau de la Maison Bleue

  • La grosse plaque de glace inclue dans le mur de neige devant le portail amont du tunnel hélicoïdal demande beaucoup d'expérience et de doigté pour permettre le déblaiement avec la fraiseuse INTRAC.

    La fraiseuse INTRAC entre le passage à niveau Rotten et la remise de Gletsch.

    La fraiseuse INTRAC déblaie le mur de neige devant la remise de Gletsch.

    Vue depuis la route du Col du Grimsel sur la gorge du Rhône.  Grâce aux hautes températures de ces derniers jours, la neige recouvrant la voie en aval du viaduc du Rotten a fortement fondu. 

    Vue depuis la route du Col du Grimsel sur les installations de la gare de Gletsch.

    À cause de la neige molle et glissante, le déblaiement au moyen de la fraiseuse INTRAC a dû être interrompu sur le coup de midi. 

    À cause du risque d'avalanche latent provoqué par les congères qui se sont formées dans la région du sommet du Bidmer, le Canton du Valais a à nouveau interrompu le déblaiement de la route du Col de la Furka avant l'Ascension (30.5.2019).  

    Le Canton du Valais fera exploser ces congères dans la semaine précédant Pentecôte. Comme ce fût le cas lors de l'explosion du 23.5.2019, il faut s'attendre à ce que des avalanches de neige mouillée descendent jusque dans la vallée et recouvrent également la voie. 

    Vue de la route du Col du Grimsel sur la route du Col de la Furka et sur la voie en amont de Gletsch.

    Le déblaiement de la route du Col de la Furka a déclenché de nombreuses avalanches de neige mouillée qui ont recouvert la voie en amont de la prise de crémaillère de la Maison Bleue. D

  • État des travaux le 1.6.2019

    • Tronçon entre Realp et la prise de crémaillère de la station Muttbach-Belvédère entièrement déblayé.
    • Tronçon entre le tunnel hélicoïdal côté montagne et la remise de Gletsch déblayé jusqu'à la hauteur de l'unité de fraisage de la HGm 5
    • Interruption du déblaiement de la station de Gletsch en raison de conditions d'enneigement très tendres et glissantes.

     

    Poursuite du déblaiement entre Oberwald et Muttbach-Belvédère seulement après Pentecôte, notamment en raison du danger d'avalanche latent entre Gletsch et Muttbach-Belvédère.

31.5.2019: Jour 17 - Déblaiement de la station Muttbach-Belvédère

  • La voie de garage de la station Muttbach-Belvédère est encore recouverte de 6 m. de neige.

    La neige fond rapidement et elle est très tendre et très glissante. En raison de la situation sur la forte dénivellation entre Muttbach-Belvédère et le passage à niveau de la route de la Furka, les travaux doivent déjà être interrompus vers la fin de la matinée.

  • État des travaux le 31.5.2019

    • Tronçon de Realp à la prise de crémaillère de la station Muttbach-Belvédère complètement déblayé.
    • Transfert d'une fraiseus INTRAC de Muttbach-Belvédère à Realp avec la locomotive à vapeur no. 4 puis avec le train-auto de Realp à Oberwald et par camion d'Oberwald au tunnel hélicoïdal côté montagne. 

30.5.2019: Jour 16 - Déblaiement de la station Muttbach-Belvédère

  • Le train de travaux entre le tunnel 3 et le tunnel 2.

    Le train de travaux entre le tunnel 2 et le tunnel 1.

    Le train de travaux entre le tunnel 2 et le tunnel 1.

    Arrêt-photo entre le tunnel 2 et le tunnel 1.

    Prise d'eau à la station Tiefenbach.

    Sur le chemin du retour, le train de travaux ramène le wagon surbaissé des déblayeurs à Realp. 

  • État des travaux le 30.5.2019

    • Tronçon de Realp jusqu'au portail du tunnel de faîte déblayé.
    • Le train de travaux, tracté par la locomotive no. 4, avec le matériel nécessaire à la réfection intégrale de la voie, roule sur le tronçon déblayé de Realp au viaduc du Sidelenbach.
    • Déblaiement de la station Muttbach-Belvédère.
    • Transfert d'une fraiseuse INTRAC via Realp à Gletsch en amont du tunnel hélicoïdal.

29.5.2019: Jour 15 - Déblaiement de la station Furka

  • Pour des raisons de place, la HGm 51 a transféré une voiture à bogies de Realp à Tiefenbach.

    La station Tiefenbach dans la tempête de neige.

    Pour l'instant, la HGm 51 n'arrive pas plus loin que la prise de crémaillère de la station Furka.

    Le bâtiment de la station à l'arrivée des déblayeurs.

    Le trax évacue la neige aux endroits inaccessibles pour la fraiseuse INTRAC. Deux déblayeurs montent la cheminée du fourneau de la station Furka.

    Une fraiseuse INTRAC enlève la dernière neige devant le bâtiment de la station Furka.

    Devant le bâtiment de la station Furka après la fin du déblaiement.  

    Le premier feu de 2019 à la station Furka.

    Vue du bâtiment de la station Furka sur le portail est du tunnel de faîte.

    Déblaiement de la voie 2 devant le bâtiment de la station Furka.

    Déblaiement de l'emplacement de la tente.

    Une fraiseuse INTRAC déblaie la neige à l'entrée est de la station Furka.

    Au moyen du wagon surbaissé, la HGm 51 transfère le trax au portail ouest du tunnel de faîte.

    La HGm 51 transfère une fraiseuse INTRAC au portail ouest du tunnel de faîte.

    La neige recouvrant la plaque tournante de la station Furka doit être déblayée à la main. 

    La prise de crémaillère de la station Furka à la fin du déblaiement de la station. 

  • État des travaux le 29.5.2019

    • Tronçon de Realp au portail du tunnel de faîte déblayé.
    • Déblaiement de la station Furka.
    • Transfert d'une fraiseuse INTRAC et du trax au portail du tunnel de faîte côté Muttbach-Belvédère.
    • Préparation d'une rampe de neige au portail du tunnel de faîte côté Muttbach-Belvédère.

    Le mercredi 15.5.2019, la journaliste Marie Vuilleumier et le photographe Thomas Kern de SwissInfo nous ont accompagné pendant toute la journée. Leur article est publié en 10 langues sur Internet et il reflète  l'excellente atmosphère et de la situation exigeante qui règnent pendant ce déblaiement. 

28.5.2019: Jour 14 - Déblaiement de la station Furka

  • Malgré les chutes de neige, les déblayeurs travaillent sans relâche à la station Furka.

    Une fraiseuse INTRAC et le trax déblaient la neige devant le portail côté Furka du tunnel de faîte.

    État de la voie dans la gorge du Rhône. Grâce à l'augmentation de la température de ces derniers jours, les masses de neige recouvrant la voie ont diminué. 

    Le mur de neige au portail amont du tunnel hélicoïdal.

    Le gros cône d'avalanche qui s'est formé après le dynamitage du 23.5.2019.

    Grâce aux hautes températures de ces derniers jours, la hauteur de la neige à la gare de Gletsch a considérablement diminué. 

    Une équipe de déblayeurs évacue les arbres transportés sur les installations de la gare de Gletsch par une avalanche.  

    Vue WebCam de Gletsch avant le début des travaux préparatoires. 

    Vue WebCam de Gletsch après les travaux préparatoires.

  • État des travaux le 28.5.2019

    • Tronçon de Realp jusqu'au portail du tunnel de faîte déblayé.
    • Déblaiement de la station Furka.
    • Travaux préparatoires du déblaiement de la station Gletsch.

27.5.2019: Jour 13 - Déblaiement km 52.5-portail du tunnel de faîte

  • Le portail est du tunnel de faîte.

    Les portes du portail est du tunnel de faîte sont ouvertes.

    Marcel Oulevay émerge du portail ouest du tunel de faîte.

    Le portail ouest du tunnel de faîte.

    Vue du portail du tunnel de faîte sur les installations de la station Muttbach-Belvédère.

    La deuxième fraiseuse INTRAC élargit le canal de neige dans le cône d'avalanche.

    La HGm 51 dans le cône d'avalanche peu avant la station Furka.

    La deuxième fraiseuse INTRAC atteint la station Furka.

    Vue depuis la HGm 51 sur la prise de crémaillère de la station Furka.

    La HGm 51 et son unité de fraisage à la station Furka.

    À la station Furka, la HGm 51 avec son unité de fraisage rencontre la fraiseuse INTRAC qui a déblayé la voie 2 de la station Furka jusqu'au portail du tunnel de faîte.

    L'équipe des déblayeurs de la neige à la station Furka.

    Dans le cône d'avalanche peu avant la station Furka.

  • État des travaux le 27.5.2019

    • Tronçon Realp-portail du tunnel de faîte déblayé.
    • Ouverture des portes du tunnel de faîte.
    • Marquage des voies de la station Muttbach-Belvédère.

25.5.2019: Jour 12 - Déblaiement viaduc du Sidelenbach-km 52.5

  • Les deux fraiseuses INTRAC et la HGm 51 avec son unité de fraisage près de l'ancienne station inférieure du téléphérique militaire en-dessus du viaduc du Sidelenbach.

    Pendant que la HGm 51 avec son unité de fraisage recule pour libérer la voie du dernier reste de neige, les deux fraiseuses INTRAC progressent en direction de l'entrée en crémaillère de la station Furka.

    La troupe des machines peu avant la station Furka.

    Sur le WebCam Bild von Tiefenbach le canal de neige entre le Steinsäumli (en bas à gauche) et la Furka (en haut à droite) est bien visible.

  • Étt des travaux le 25.5.2019

    • Tronçon Realp jusqu'au km 52.5 (300 m avant la prise de crémaillère de la station Furka) déblayé.

     

    Ont participé au déblaiement de la neige la 2e semaine

    • Beat Brehm
    • Alexander Briner
    • Daniel Ernst
    • Karl-Heinz Felder
    • Martin Fischer
    • Ed Groenendijk
    • Thomas Holder
    • Markus Lacher
    • Anton Meier
    • Andreas Obrecht
    • Marcel Oulevay
    • Federico Rossi
    • Marcel Schild
    • Fred Schönthal
    • Ruedi Schwarz
    • Patrick Smit
    • Schlomo Stokvis
    • Martin Wieland
    • Luc Wullschleger
    • Bruno Zimmermann

24.5.2019: Jour 11 - Déblaiement viaduc du Steinstafel-viaduc du Sidelenbach

    • Le portail aval du tunnel 3 dans le soleil matinal.

      La station Tiefenbach sur la route des places de travail.

      Entre la station Tiefenbach et le viaduc du Steinstafel.

      Daniel Ernst et Ed Groenendijk ont dégagé la prise d'eau qui était enfouie sous 2 m. de neige. 

      Karl-Heinz Felder et Ed Groenendijk dégagent la prise d'eau de la station Tiefenbach.

      Les machines traversent le viaduc du Steinstafel.

      Dans un cône d'avalanche en amont du viaduc du Steinstafel.

      La première fraiseuse INTRAC se fraye un chemin à travers le cône d'avalanche. À cause du réchauffement de la température de ces derniers jours, de nombreuses coulées et avalanches de neige mouillée se sont détachées du versant nord des Stotzigen Firsten.

      La deuxième fraiseuse INTRAC élargit le canal de neige.

      La première fraiseuse INTRAC enlève la première couche du cône d'avalanche haut de 2 m. qui se trouve encore sur la voie en amont du viaduc du Steinstafel.

      Entre le viaduc du Steinstafel et le viaduc du Sidelenbach.

      Les deux fraiseuses INTRAC en action en amont du viaduc du Steinstafel.

      La HGm 51 et son unité de fraisage enlèvent le reste de la neige recouvrant la voie. 

      La voie déblayée en amont du viaduc du Steinstafel.

      Pause pour le ravitaillement des hommes et des machines. Les bidons de diesel, pesant env, 20 kg, sont emmenés par la HGm 51 et doivent être portés de la locomotive aux fraiseuses.

      Le nouveau machiniste Ruedi Schwarz dessert la fraiseuse INTRAC en amont du viaduc du Steinstafel comme un habitué. 

      Ruedi Schwarz en route pour le viaduc du Sidelenbach.

      Les deux fraiseuses INTRAC et la HGm 51 avec son unité de fraisage en amont du viaduc du  Steinstafel. À cet endroit, la voie est recouverte par 2 à 3 m. de neige. Contrairement à la situation de la voie en aval du pont du Steffenbach, les rails et la crémaillère ne sont heureusement pas gelés. 

      Entre le viaduc du Steinstafel et le viaduc du Sidelenbach.

      La HGm 51 avec son unité de fraisage suit les fraiseuses INTRAC et enlève la neige jusqu'à la hauteur du champignon du rail. 

      Les géomètres marquent l'axe de la voie peu avant la prise de crémaillère de la station Furka.

      Les installations de la station Furka avant le marquage de la position de la voie et du bâtiment. À l'arrière-plan, on distingue la partie supérieure du portail du tunel de faîte.

      Les géomètres mesurent les axes des voies de la station Furka. Sans les perches en bois installées en permanence, ce travail serait impossible. 

      Markus Lacher creuse une fouille de sondage dans la couche de neige haute de 3 m devant le bâtiment de la station Furka.

      Les géomètres ont marqué les contours de la plaque tournante de la station Furka.

      Les fraiseuses INTRAC suivent les marquages faits par les géomètres le jour avant. Sans ces marquages, les machinistes et les accompagnants ne sauraient pas où les voies se trouvent sous la neige. 

      Les géomètres rencontrent les deux fraiseuses INTRAC qui avancent lentement en direction du viaduc du  Sidelenbach.

      Les géomètres rencontrent la HGm 51 et son unité de fraisage qui enlève la neige jusqu'au niveau du champignon du rail entre le viaduc du Steinstafel et le viaduc du Sidelenbach.

      Les géomètres sur le chemin du retour entre la station Furka et Tiefenbach dans le canal de neige entre le viaduc du Steinstafel et le viaduc du Sidelenbach.

      Les fraiseuses INTRAC atteignent le viaduc du Sidelenbach. La HGm 51 et son unité de fraisage suivent à l'arrière-plan. 

    • État des travaux le 24.5.2019

      • Tronçon Realp jusqu'au viaduc du Sidelenbach déblayé.
      • Fin de l'hivernage de la station Tiefenbach.

23.5.2019: Jour 10 - Déblaiement Tiefenbach-Viaduc du Steinstafel

  • La HGm 51 attend les déblayeurs devant la plaque tournante du dépôt de Realp.

    Markus Lacher, Marcel Schild et Urs Züllig attendent le départ de la HGm 51.

    À 06.30h exactement, les déblayeurs quittent le dépôt de Realp.

    Chüeplangge et Chalberplanggen dans le soleil matinal pendant le trajet de Realp à Tiefenbach avec la HGm 51.

    L'imposant canal de neige profond de 17 m. entre le tunnel 2 et le tunnel 1 au soleil matinal.  

    Pendant que les géomètres montent leur raquettes, les machines font le plein de carburant diesel. 

    L'autocollant sur la vitre latérale de cette fraiseuse INTRAC documente aussi par écrit la provenance de  Thomas Holder.

    À la station Tiefenbach, les machines sont préparées pour leurs prochaines interventions.  

    Déblaiement de l'entrée en crémaillère côté Furka de la station Tiefenbach.

    Déblaiement en amont de la station Tiefenbach.

    Déblaiement en amont de la station Tiefenbach.

    Déblaiement au Steinsäumli en amont de la station Tiefenbach.

    À l'aide du trax et d'une fraiseuse INTRAC, la première équipe de déblayeurs attaque la congère au Steinsäumli près du viaduc du Steinstafel.

    En tant qu'accompagnateur de la machine, Andreas Obrecht passe devant la deuxième fraiseuse INTRAC et lui donne des instructions.

    La deuxième fraiseuse INTRAC suit la première équipe de déblayeurs et élargit le canal de neige jusqu'au profil d'espace libre prescrit. 

    Déblaiement de la congère du Steinsäumli.

    Déblaiement de la congère du Steinsäumli.

    La première équipe de déblayeurs peu avant le viaduc du Steinstafel.

    Vue depuis la congère du Steinsäumli vers la deuxième fraiseuse INTRAC et la HGm 51 avec l'unité de fraisage qui avancent lentement en direction du viaduc du Steinstafel.

    Vue depuis la congère du Steinsäumli sur la première équipe de déblayeurs qui a bientôt atteint le viaduc du  Steinstafel.

    La HGm 51 et son unité de fraisage dans la congère du Steinsäumli peu avant le viaduc du Steinstafel.

    La première équipe de déblayeurs a atteint le viaduc du Steinstafel.

    Avec l'équipe des géomètres, Fred Schönthal a marqué la voie entre le viaduc  du Steinstafel et le viaduc du  Sidelenbach. Il rencontre la première équipe de déblayeurs en aval du viaduc du Steinstafel.

    Dans la congère du Steinsäumli peu avant le viaduc du Steinstafel.

    Au Steinsäumli pendant le retour à Realp.

    La station Tiefenbach après la fin du travail.

  • État des travaux le 23.5.2019

    • Tronçon de Realp au viaduc du Steinstafel déblayé.

22.5.2019: Jour 9 - Déblaiement Pont du Steffenbach-Tiefenbach

  • Une chute de pierres en amont du pont du Wiler empêche d'atteindre le pont du Steffenbach.

    Après que les plus petits blocs de rochers et la boue aient été évacués à la main à l'aide de pioches et de pelles, le gros bloc est déblayé de la voie à l'aide du wagon-grue.  

    Le canal de neige entre le tunnel 3 et le tunnel 2. La neige "sale" est le reste de l'avalanche de neige mouillée qui est descendue le jour avant sur la voie déjà déblayée. 

    Vue depuis la cabine de conduite de la HGm 51 dans le canal de neige entre le tunnel 2 et le tunnel 1.

    Dans le canal de neige haut de 17 m. entre le tunnel 2 et le tunnel 1.

    Les déblayeurs et les géomètres se rendent à leurs places de travail dans la zone Tiefenbach, Steinstafel.

    Le chevalet des treuils est soulevé par le wagon-grue à son lieu de stationnement d'été.

    Le chevalet des treuils à son lieu de stationnement d'été.

    Vue depuis la fraiseuse INTRAC sur le pont du Steffenbach pendant le transport en amont du ravin du Steffenbach. 

    Au moyen du wagon surbaissé, la HGm 51 transporte les fraiseuses INTRAC et le trax sur le versant montagne du ravin du Steffenbach.

    Une fraiseuse INTRAC commence à déblayer la neige en amont de l'abri des poulies. 

    La HGm 51 avec son unité de fraisage en action près de la prise d'eau de Tiefenbach.

    Les géomètres à la prise de crémaillère côté Furka de la station Tiefenbach.

    Les géomètres (Andreas Obrecht, Fred Schönthal, Bruno Zimmermann) en route pour le viaduc du  Steinstafel.

    Les géomètres au Steinsäumli.

    Le viaduc du Steinstafel.

    Une marmotte observe les activités des géomètres en amont du viaduc du Steinstafel.

    Les géomètres traversent le viaduc du Steinstafel.

    Les géomètres marquent l'axe des voies entre le viaduc du Steinstafel et le viaduc du Sidelenbach.

    Les précipitations des derniers jours et le réchauffement de la température ont entraîné de nombreuses  coulées de neige mouillée sur le raide  flanc nord de la vallée. Comme, à cet endroit, la voie emprunte le côté nord de la vallée de la Furkareuss, il ne subsiste par chance pas de danger supplémentaire. 

    Les géomètres marquent l'axe de la voie entre le viaduc du Steinstafel et le viaduc du Sidelenbach.

    Marcel Schild surveille le travail du trax de Martin Wieland devant le bâtiment de la station Tiefenbach.

    La HGm 51 avec son unité de fraisage déblaie la voie 1 de la station Tiefenbach.

    Vue depuis la cabine de conduite de la HGm 51 avec son unité de fraisage sur les activités à la station Tiefenbach.

    Le trax dégage complètement la station Tiefenbach.

    Une fraiseuse INTRAC sur l'aiguille 42 de la station Tiefenbach.

    La HGm 51 avec son unité de fraisage libère la voie 1 de la station Tiefenbach.

    Les deux fraiseuses INTRAC déblaient les installations de la station Tiefenbach.

    La voie 1 de la station Tiefenbach est entièrement dégagée. 

    La voie 2 de la station Tiefenbach est également déblayée. Elle est nécessaire pour le garage du wagon-atelier, du wagon surbaissé et de l'unité de fraisage. Une fraiseuse INTRAC est en train de libérer la voie de débord de la station Tiefenbach.

    Les voies de la station Tiefenbach sont déblayées. Par rapport à l'année passée et malgré les très grosses difficultés rencontrées entre le tunnel 3 et le pont du Steffenbach, le déblaiement de la neige n'a que 2 jours de retard sur la planification. 

  • État des travaux le 22.5.2019

    • Tronçon Realp jusqu'à et y compris la station Tiefenbach déblayé.
    • Déblaiement pendant une heure d'une chute de pierres en-dessus du pont du Wiler.
    • Transport avec le wagon-grue des chevalets et des poulies du pont du Steffenbach à leur lieu de stationnement d'été. 
    • Transfert avec le wagon surbaissé des deux fraiseuses INTRAC et du trax au-delà du pont du Steffenbach.
    • Déblaiement de la neige et de blocs de rochers sur le tronçon entre le pont du Steffenbach et Tiefenbach.
    • Déblaiement des voies de la station Tiefenbach.
    • Mesurage du tronçon entre Tiefenbach et le pont du Sidelenbach.

21.5.2019: Jour 8 - Nouveau déblaiement, resp. poursuite des travaux de déblaiement jusqu'au pont du Steffenbach

  • Les déblayeurs attendent sous une pluie fine sur le départ de la HGm 51 vers leurs places de travail. Pour des raisons de sécurité, le début du travail est fixé à 06.30h. 

    Le cône d'une avalanche de neige mouillée, descendue la nuit passée, empêche la progression de la HGm 51 entre le tunnel 2 et le tunnel 1.

    Les machinistes, les accompagnants et les déblayeurs sur le chemin de leurs places de travail. Le canal de neige entre le tunnel 2 et le tunnel 1 a une profondeur de 17 m. 

    Le portail amont du tunnel 1.

    Les trous et le pied de la crémaillère sont décalés d'env. 1 cm. En outre, l'espace entre les lamelles de la crémaillère sont au-delà de la tolérance acceptable. 

    Pour permettre de placer les trois derniers boulons de la crémaillère, Andreas Schuler chauffe les rails sur la culée aval du pont du Steffenbach.  

    Daniel Ernst et Ed Groenendijk dévissent quelques boulons de la crémaillère sur le pont du Steffenbach.

     

     

    Le cône, haut de 5 m. env., de l'avalanche de neige mouillée qui est descendue entre le tunnel 3 et le tunnel 2.

    Vue sur le glissement et sur la zone du décrochement de l'avalanche de neige mouillée.  

    La HGm 51 avec l'unité de fraisage attend sa prochaine intervention dans le tunnel 3. 

    Vue depuis la cabine de conduite sur le fraisage de la locomotive diesel HGm 51.

    Bruno Zimmermann et Fred Schönthal débouchent la cheminée de l'unité de fraisage de la HGm 51.

    Pendant que Fred Schönthal pelle la neige de l'unité de fraisage, Federico Rossi et Martin Fischer réduisent le cône d'avalanche jusqu'à la hauteur de l'unité de fraisage de la HGm 51. Patrick Smit attend dans la locomotive diesel sur sa prochaine intervention et établit la communication avec le surveillant des avalanches. 

    Après 4 heures de travail, l'avalanche de neige mouillée descendue entre le tunnel 3 et le tunnel 2 est enfin déblayée. La HGm 51 avec son unité de fraisage et le trax se mettent immédiatement en route pour atteindre les places de travail entre le tunnel 2 et le tunnel 1. Au tunnel 2, les machines sont stoppées par le surveillant des avalanches. 

    Le surveillant des avalanches découvre une fente dans le canal de neige en-dessus du portail amont du tunnel 2.  Il interdit le tronçon en amont du tunnel 2. Après consultation d'un guide de montagne, le tronçon est à nouveau libéré 1 heure plus tard.

    Vue sur le canal de neige débordant sur la voie en amont du tunnel 2. 

    Patrick Smit (mécanicien de la locomotive) et Federico Rossi (machiniste de la fraiseuse) fraisent dans le canal de neige profond de 17 m. entre le tunnel 2 et le tunnel 1. 

    En unissant les forces, la neige d'avalanche fortement gelée à la base du cône d'avalanche entre le tunnel 2 et le tunnel 1 est enfin vaincue.   

    Comme la base du gros cône d'avalanche entre le tunnel 2 et le tunnel 1 est fortement gelée, Thomas Holder fraise avec la fraiseuse INTRAC plus puissante aussi loin que possible sur la voie. Le canal de neige est maintenant si haut que la neige faisée ne peut plus être évacuée sur les côtés mais elle doit être soufflée vers l'avant. 

    Le portail amont du tunnel peu avant que la HGm 51 avec l'unité de fraisage libère la voie de la dernière neige et de la glace. 

    Après 8 jours, la locomotive diesel HGm 51 avec son unité de fraisage atteint enfin le pont du Steffenbach. 

  • État des travaux le 21.5.2019

    • Tronçon Realp - pont du Steffenbach déblayé.
    • Déblaiement pendant 4 heures d'une avalanche de neige mouillée qui est descendue sur la voie déjà dégagée entre le tunnel 3 et le tunnel 2. 
    • Dégagement des voies entre le tunnel 2 et le tunnel 1 à la main et au moyen du trax en raison de la glace pressée entre le rail et la crémaillère  (= danger de déraillement de la HGm 51 et de l'unité de fraisage).
    • Déblaiement de la voie entre le tunnel 2 et le pont du Steffenbach.
    • Fixation difficile de la crémaillère sur la culée aval du pont du Steffenbach.
    • Dégagement de la station Tiefenbach.
    • Plusieurs interruptions temporaires du travail en raison de l'avalanche de neige mouillée entre le tunnel 2 et le tunnel 1. 

20.5.2019: Jour 7 - Activités de déblaiement fortement réduites en raison d'une augmentation sensible du risque d'avalanches

    • Pendant la reconnaissance du jour précédent, Martin Fischer, Anton Meier, Patrick Smit, Martin Wieland et Luc Wullschleger ont vu descendre une avalanche de neige mouillée. Le point de décrochement de l'avalanche était situé aux Lägeten Firsten. L'avalanche est descendue en direction du Chalberplanggen (place de travail en amont du tunnel 1 et place de travail entre le tunnel 2 et le tunnel 1) mais n'a heureusement pas atteint la voie. Sur le chemin du retour, nous avons dû déblayer une coulée de neige mouillée sur la route du Col. 

      À cause du brouillard (le surveillant des avalanches n'a aucune visibilité), de l'augmentation de la température et de la pluie (aggravation sensible du danger d'avalanche) les places de travail en aval du ravin du Steffenbach sont interdites entre 06.30h. et 10.30h. Pendant que les machinistes et leurs accompagnants attendent à Realp, les déblayeurs et les géomètres-arpenteurs se rendent au Rufikehr. Depuis là, ils empruntent le Kooperationsweg jusqu'à la prise d'eau de Tiefenbach et continuent jusqu'au pont du  Steffenbach et jusqu'à la station de Tiefenbach. Au pont du Steffenbach, ils fixent la crémaillère à la culée amont du pont.  Pour diverses raisons, la crémaillère ne peut pas (encore) être fixée à la culée aval. Les géomètres marquent l'axe de la voie jusque peu avant le viaduc du Steinstafel. À Tiefenbach l'accès au bâtiment de la station ainsi que le réservoir, la prise d'eau, le fondement de la grue à eau et les aiguilles sont déblayés.  

      À 10.30h, comme les chutes de pluie se sont atténuées et que les pentes surplombant la voie peuvent à nouveau être observées, le surveillant des avalanches donne le feu vert pour la poursuite des travaux entre le tunnel 2 et le ravin du Steffenbach. Avec la Xmh 4961, Stephan Stauber et Thomas Holder suivent la HGm 51.

      En raison de la glace pressée entre les rails et la crémaillère, il y a un grand danger que la HGm 51 et son unité de fraisage déraillent pendant le déblaiement. C'est pourquoi la glace doit être brisée à la main.  À l'arrière-plan Thomas Holder enlève avec la fraiseuse INTRAC une nouvelle couche du cône d'avalanche haut de 17 m.  

      Après que Federico Rossi ait brisé la glace dans la crémaillère, Patrick Smit et Federico Rossi attaquent avec l'unité de fraisage de la HGm 51 la base fortement glacée du cône d'avalanche. 

      Entre 11h. et 14h., le surveillant des avalanches doit alerter deux fois les machinistes sur des avalanches de neige mouillée qui se sont déclenchées au-dessus de la place de travail entre le tunnel 1 et le tunnel 2. Dans ce cas, tous les machinistes se réfugient immédiatement à l'intérieur du tunnel 2 et attendent la fin de l'alerte. Par chance, les deux avalanches n'atteignent pas la voie.

      Après que le surveillant des avalanches ait levé l'alerte, Thomas Holder continue le déblaiement entre le tunnel 2 et le tunnel 1. Comme, entre temps, le canal creusé dans le cône d'avalanche est trop haut, la neige fraisée doit être déblayée vers l'avant. 

      En appliquant la méthode du Rock Cracking, Andreas Schuler a dynamité le bloc de rocher qui encombrait le profil d'espace libre en plusieurs petits morceaux. En raison de la fortes schistosité, il a fallu forer quatre trous de minage. 

      Les morceaux de rocher sont évacués avec le trax. 

      Martin Wieland mit einer INTRAC Fräse vor dem bergseitigen Portal des Tunnels 1.

      En unissant leurs forces, le trax et une fraiseuse INTRAC déblaient le cône d'avalanche haut de quelques 7 m. au portail amont du tunnel 1.  

      Le mur de soutènement en-dessus du tunnel 1 côté montagne apparaît enfin. 

      Les géomères-arpenteurs Fred Schönthal et Bruno Zimmermann sur le chemin du retour entre la station de Tiefenbach et la HGm 51, qui attend sur les déblaieurs en amont du tunnel 2. Peu avant 14.30h. (heure d'été) la HGm 51 part pour Realp.

  • État des travaux le 20.5.2019

    • Tronçon de Realp jusqu'au tunnel 2 y compris déblayé.
    • Poursuite des travaux de déblaiement entre le tunnel 2 en amont et le pont du Steffenbach 
    • Dynamitage du bloc de rocher sur le côté montagne du tunnel 1.
    • Fixation de la crémaillère à la culée amont du pont du Steffenbach.
    • Mesurage et marquage de l'axe de la voie entre le pont du Steffenbach et le viaduc du Steinstafel.
    • Début du déblayage de la station Tiefenbach.

18.5.2019: Jour 6 - Déblaiement tunnel 2 - tunnel 1, Dégagement du bloc de rocher près du tunnel 1, Montage du pont du Steffenbach

  • En route pour la station Tiefenbach.

    Beat Brehm, Martin Fischer et Claude Périat découvrent le bord du toit de la station Tiefenbach enfoui sous env. 1 m. de neige.

    Fred Schönthal dessert les treuils.

    Vue depuis l'abri des treuils sur le ravin du Steffenbach. L'élément aval du pont se met lentement en position d'été.

    L'équipe du pont du Steffenbach observe attentivement le placement de l'élément aval du pont sur la culée. 

    Les poulies inférieure et supérieure ont placé l'élément aval du pont en position d'été.  

    L'élément aval du pont est en position d'été.

    Benedikt Bauer et Patrick Gisin montent les raccords de rails entre l'élément aval du pont et la voie en aval du pont du Steffenbach. 

    Montage de la crémaillère entre les éléments médian et aval du pont.

    L'élément amont du pont en position d'été. 

    Fritz Gerber, Beat Brem et Jenny Lichtenstein actionnent la poulie jusqu'au point de fixation de l'élément médian du pont. Christoph Spinnler se trouve au point de fixation, prêt pour le montage de la poulie.  

    Montage de la poulie de l'élément médian du pont. 

    Situation peu avant le hissage de l'élément médian du pont. 

    Vue depuis le surveillant des avalanches sur les activités dans le ravin du Steffenbach.

    L'élément médian du pont est hissé lentement.

    Fritz Gerber et Christoph Spinnler attendent jusqu'à ce que les éléments du pont aient atteint leur position finale. Ils visseront ensuite l'élément médian à l'élément amont du pont. 

    Vue depuis le signal d'interdiction du pont du Steffenbach en direction de la place de travail en amont du tunnel 1. 

    Le bloc de rocher en amont du portail du tunnel 1 s'est bien entendu placé de façon à empiéter sur le profil d'espace libre. Si le bloc de rocher n'est pas évacué, il ne sera pas possible de continuer le déblaiement. 

    Martin Wieland (trax) et Martin Fischer (INTRAC) préparent une rampe de neige pour permettre l'évacuation du bloc de rocher. 

    En unissant les forces de l'INTRAC et du trax, le bloc de rocher est définitivement dégagé. Il est maintenant possible de le fracasser avec du Rock cracking et de l'évacuer du profil d'espace libre. 

    La voie en amont du tunnel 2. 

    Stephan Stauber et Thomas Holder ont déblayé la voie en aval du tunnel 1. 

    Vue depuis le surveillant des avalanches sur le pont du Steffenbach et sur les places de travail en amont et en aval du tunnel 1.  

  • État des travaux le 18.5.2019

    • Tonçon Realp - tunnel 2 y compris déblayé.
    • Poursuite des travaux de déblaiement du jour précédent.
    • Dégagement complet du bloc de rocher en-dessus du portail amont du tunnel 1.
    • Dégagement du bord du toit de la station Tiefenbach.
    • Montage du pont du Steffenbach.


    Ont participé à la 1ère semaine du déblaiement de la neige:

    • Beat Brehm
    • Alexander Briner
    • Michael Bühler
    • Werner Dietrich
    • Martin Fischer
    • Thomas Holder
    • Samuel Kier
    • Jennifer Lichtenstein
    • Anton Meier
    • Rolf Mertens
    • Claude Périat
    • Fred Schönthal
    • Patrick Smit
    • Christoph Spinnler
    • Stephan Stauber
    • Fabian Strebel
    • Robert Werlen
    • Martin Wieland

17.5.2019: Jour 5 - Déblaiement tunnel 2 - tunnel 1, Déblaiement du ravin du Steffenbach, Préparation du montage du pont du Steffenbach

  • Dans le tunnel 2 en route pour les places de travail.

    La sortie amont du tunnel 1.

    Dans le tunnel 1 côté montagne, Rolf Mertens émerge des "profondeurs".

    Vue depuis l'élément aval du pont sur le ravin du Steffenbach.

    Fouilles dans le ravin du Steffenbach.

    Pendant que Werner Dietrich et Christoph découpent les blocs de glace, Andreas Schuler fraise une nouvelle couche dans le canal de neige. Comme la neige est fortement glacée, les collègues n'avancent que lentement. 

    Rolf Mertens, Claude Périat, Christoph Spinnler et Werner Dietrich (de gauche à droite) creusent le canal de neige dans le ravin du Steffenbach.

    Au moyen de la pelle à neige, Jenny Lichtenstein évacue les blocs de glace que Christoph Spinnler (à droite), Andreas Schuler et Werner Dietrich ont découpé à la tronçonneuse.  

    Rolf Mertens fraise une nouvelle couche dans le ravin du Steffenbach. Peu à peu, le canal de neige prend forme. 

    Sur l'élément aval du pont, les câbles sont placés sur les treuils inférieur et supérieur. 

    Stephan Stauber et Thomas Holder discutent des fraisages à entreprendre aujourd'hui. 

    Thomas Holder prépare la fraiseuse INTRAC pour sa mise en service.

    Fraisages au pied du gros cône d'avalanche entre le tunnel 2 et le tunnel 1. 

    Stephan Stauber se déplace dans la partie supérieure.

    La fraiseuse INTRAC de Thomas Holder en action.

    La fraiseuse INTRAC de Stephan Stauber et la HGm 51 avec son unité de fraisage près du portail amont du tunnel 2. 

    La HGm 51 avec son unité de fraisage et la fraiseuse INTRAC de Thomas Holder près du portail amont du tunnel 2. 

    Thomas Holder sur la surface inférieure.

    Thomas Holder et Stephan Stauber s'approchent lentement de la voie enfouie sous un large cône d'avalanche atteignant jusqu'à 17 m. de hauteur. L'avalanche de neige mouillée est probablement descendue au début du mois de mai 2019. 

    Stephan Stauber fraise lentement une nouvelle couche de neige sur la partie supérieure. À l'arrière plan, on distingue le portail amont du tunnel 1. 

    Avec sa fraiseuse, Stephan Stauber se trouve en bordure de la partie supérieure.  

    Sur la partie supérieure (différence de hauteur entre la partie supérieure et la partie inférieure: 6 m) Stephan Stauber fraise une couche du cône d'avalanche haut de 17 m. et long d'env. 200 m. Par rapport à l'année passée, le cône est plus haut, plus large et plus dur. 

    Au moyen de l'unité de fraisage de la HGm 51, Paul Betschart et Martin Wieland fraisent la couche de base gelée.  

    Les déblayeurs et l'équipe du pont du Steffenbach sur le chemin du retour depuis l'amont du tunnel 2 jusqu'à Realp. 

    Vue depuis la HGm 51 dans le tunnel 2 sur le gros cône d'avalanche entre le tunnel 2 et le tunnel 1. 

  • État des travaux le 17.5.2019

    • Tronçon Realp - tunnel 2 y compris déblayé.
    • Poursuite des travaux de déblaiement du jour précédent.
    • Travaux préparatoires pour le montage du pont du Steffenbach.

16.5.2019: Jour 4 - Déblaiement tunnel 2 - tunnel 1, Déblaiement du ravin du Steffenbach, Reconnaissance Furka

  • Sur le chemin des places de travail entre le tunnel 2 et le ravin du Steffenbach.

    Les traces de la fraiseuse INTRAC dans le soleil matinal. 

    Vue depuis le gros cône d'avalanche entre le tunnel 2 et le tunnel 1 en direction du portail aval du tunnel 1.  

    Vue depuis le portail aval du tunnel 1 sur le gros cône d'avalanche entre le tunnel 2 et le tunnel 1.  

    Le gros cône d'avalanche près du portail amont du tunnel 1 dans le soleil matinal.  

    Christoph Spinnler découpe à la grosse tronçonneuse des blocs de neige qui seront ensuite évacués au moyen de la pelle à neige.  

    Anton Meier pousse les blocs sur la pelle à neige de Fred Schönthal. À l'arrière plan, Andreas Schuler enlève la prochaine couche de neige au moyen de la fraiseuse YANMAR. La neige est fortement gelée. 

    Rolf Mertens pousse les blocs de neige découpés sur la pelle à neige de Claude Périat.

    Pendant que Fred Schönthal évacue les blocs avec la pelle à neige, Anton Meier reprend des forces pour sa prochaine intervention. 

    Au moyen de la fraiseuse YANMAR, Andreas Schuler aide les déblayeurs lors du creusement du canal de neige. 

    Vue depuis le surveillant des avalanches sur les places de travail dans le ravin du Steffenbach. 

    Dégagement de la partie inférieure du pont.

    Par un travail minutieux et fastidieux, Jennifer Lichtenstein a dégagé les parties exposées de l'élément aval du pont. 

    Après que le trax ait contourné l'affleurement rocheux du tunnel 1, il entre en action au portail amont du tunnel 1. 

    Le trax dégage la partie rocheuse instable que l'on fera exploser la semaine prochaine.  

    Christoph Spinnler descend dans le tunnel 1.

    La sortie sur le côté montagne du tunnel 1.

    Le retour devient toujours un peu plus facile. 

    Thomas Holder et Stephan Stauber déblaient la voie entre le tunnel 2 et le tunnel 1. Alors que Thomas Holder (fraiseuse INTRAC à gauche) se trouve encore à 5 m du trassé, Stephan Stauber (fraiseuse INTRAC à droite) doit encore fraiser 10 m. 

    Qu'elles sont petites, ces fraiseuses INTRAC, dans le paysage.

    La station Tiefenbach dans le soleil matinal. La couche de neige sur les voies atteint 1 m. 

    Werner Dietrich au Steinsäumli entre la station Tiefenbach et le pont du Steinstafel.

    Le pont du Steinstafel.

    Vue en aval de la station Furka en direction de la vallée de la Furkareuss

    Patrick Smit en route vers la station Furka.

    Le pont du Sidelenbach.

    La borne kilométrique entre le pont du Sidelenbach et la station Furka.

    La station Furka est recouverte de 1 à 5 m. de neige mouillée. À l'arrière plan, on distingue la partie supérieure du tunnel de faîte. 

  • État des travaux le 16.5.2019

    • Tronçon Realp jusqu'au tunnel 2 y compris déblayé.
    • Poursuite des travaux de déblaiement du jour pécédent.
    • Déblaiement de la neige à l'intérieur et autour de la partie aval du pont.
    • Trax contourne l'affleurement rocheux du tunnel 1 et dégage une partie de rocher instable que l'on fera exploser la semaine prochaine. 
    • Reconnaissance du tronçon entre le ravin du Steffenbach et la station Furka.

15.5.2019: Jour 3 - Déblaiement Tunnel 2-Tunnel 1, Déblaiement du ravin du Steffenbach

  • À la montée entre le tunnel 3 et le tunnel 2.

    Les déblayeurs franchissent le gros cône d'avalanche entre le tunnel 2 et le tunnel 1 pour se rendre à leurs places de travail. Comme, pendant la nuit, la température est descendue en-dessous de 0 degré, la couche supérieure du cône d'avalanche est gelée et très glissante.  

    Le portail amont du tunnel 2 après une demi-journée de fraisage avec la fraiseuse INTRAC de Stephan Stauber.

    Robert Werlen tronçonne la neige d'avalanche au portail amont du tunnel 2. Par cette mesure, le profil restreint prescrit pour le déblaiement de la neige peut être atteint. .

    Pendant que Thomas Holder travaille dans la partie inférieure ...

     … Stephan Stauber commence à déblayer la partie supérieure du gros cône d'avalanche entre le tunnel 2 et le tunnel 1. 

    Fabian Strebel libère prudemment les derniers supports de la porte aval du tunnel 1 de la neige d'avalanche fortement gelée. 

    Pendant qu'Alexander Briner et Fabian Strebel creusent avec le trax une tranchée à partir de l'intérieur du tunnel, Fred Schönthal et Robert Werlen creusent une tranchée en direction du portail du tunnel. Il apparaît que le portail amont du tunnel 1 est enfoui sous 4 m. d'avalanche de neige mouillée. Un peu plus loin, la couche de neige sur la voûte du portail du tunnel atteint 7 m. de hauteur. 

    Les lignes rouges tracées sur la neige d'avalanche gelée marquent les bords du canal de neige, atteignant jusqu'à 2,5 m. de hauteur, qui a dû être creusé pour permettre le montage du pont du Steffenbach. 

    Après une descente longue et périlleuse, Michael Bühler atteint, avec la fraiseuse YANMAR, la place de travail au pont du Steffenbach. 

    À l'aide d'une tronçonneuse, Michael Bühler découpe des blocs dans la neige d'avalanche gelée. À distance respectacle, Rolf Mertens attend de pouvoir intervenir. Un photographe de swissinfo observe et documente les activités des déblayeurs bénévoles. 

    Alors que Werner Dietrich découpe des blocs à l'aide de la tonçonneuse dans la neige d'avalanche gelée, Rolf Mertens déplace ces blocs en direction de la fraiseuse YANMAR desservie par Michael Bühler.

    Malgré la performance insuffisante de la fraiseuse YANMAR, Michael Bühler garde toujours son sourire.

    En dépit d'un travail long et fastidieux dans l'espace étroit de la partie amont du pont du Steffenbach, Jennifer Lichtenstein n'a pas non plus perdu son sourire.  

    La neige gelée de l'élément amont du pont est pratiquement déblayée.  

    L'élément amont du pont du Steffenbach.

    C'est seulement sur cette photographie prise par le surveillant des avalanches que l'on se rend compte de la dimension du cône entre le tunnel 2 et le tunnel 1. Les fentes dans le cône sont le résultat du fraisage de 2 fraiseuses INTRAC pendant une journée.  

    Vue depuis le point culminant du cône d'avalanche entre le tunnel 2 et le tunnel 1 en direction du pont du Steffenbach.  

    La fraiseuse INTRAC de Stephan Stauber près du portail amont du tunnel 2 à la fin du travail. 

    À l'exception du surveillant des avalanches, tous les déblayeurs se sont rassemblés au portail amont du tunnel 2. À 14.30h, la HGm 51 les conduira à Realp.  

    Derrière la HGm 51 entièrement occupée par le personnel et le matériel, la draisine Xmh 4961 suit en marche à vue.   

  • État des travaux le 15.5.2019

    • Tronçon Realp jusqu'au et y compris le tunnel 2 déblayé.
    • Déblaiement du gros cône d'avalanche fortement gelé entre le tunnel 2 et le tunnel 1.
    • Déblaiement du portail aval du tunnel 1.
    • Ouverture de toutes les portes du tunnel 1.
    • Creusement d'une fouille au portail amont du tunnel 1. Le bord supérieur de la voûte du portail du tunnel est enfoui sous 4 m. de neige. La construction d'une rampe avec le trax à partir de l'intérieur du tunnel n'est pas possible. Les efforts nécessaires pour la construction manuelle d'une rampe sont disproportionnés. 
    • Abri des poulies du pont du Steffenbach déblayé. 
    • Très gros travail pour déblayer la neige gelée dans et autour de la partie amont du pont. 
    • Transport périlleux de la fraiseuse YANMAR depuis l'abri des poulies jusqu'au ravin du Steffenbach. 
    • Charnières du pont déblayées. Les piliers étaient fortement gelés à la base.
    • En raison de l'importante couche de glace, creusement du canal dans la neige très difficile. La fraiseuse YANMAR ne se prête pas au déblaiement de la neige d'avalanche gelée. Des blocs de neige doivent être coupés au moyen de la tronçonneuse pour être ensuite déblayés par la fraiseuse. 

14.5.2019: Jour 2: Tunnel 3 - Tunnel 2, Déblaiement du ravin du Steffenbach

  • Les versants des Lägeten Firsten dans le soleil matinal.

    Avec la locomotive diesel HGm 51, Roman Moser (mécanicien de locomotive) et Fritz Jost (machiniste de fraiseuse) conduisent les déblayeurs à leurs places de travail entre le tunnel 3 (km 57) et le ravin du Steffenbach (km 56.3)  

    Peu avant le portail aval du tunnel 3. 

    Le voyage avec la HGm 51 se termine devant le portail amont du tunnel 3.

    Lever du soleil sur le gros cône d'avalanche entre le tunnel 2 et le tunnel 1.  

    La place de travail dans le ravin du Steffenbach lors du début du travail à 07.30h. Le voyage avec la HGm 51 jusqu'au portail amont du tunnel 3 et la marche très difficile sur la couche des champs de neige et d'avalanches, qui a gelé pendant la nuit, a pris près d'une heure. 

    Vue depuis l'élément aval du pont sur la place de travail dans le ravin du Steffenbach.  

    Werner Dietrich, Jenny Lichtenstein, Rolf Mertens, Claude Périat, Christoph Spinnler et Robert Werlen dégagent l'élément aval du pont du Steffenbach. Les éléments du pont sont fortement gelés. La glace doit être découpée en blocs au moyen d'une tronçonneuse.   

    Thomas Holder fraise un passage dans le cône d'avalanche entre le tunnel 3 et le tunnel 2. 

    Thomas Holder arrive avec la fraiseuse INTRAC peu avant le portail amont du tunnel 3. 

    Thomas Holder déblaie la glace devant le portail aval du tunnel 2.

    Thomas Holder (à gauche) et Stephan Stauber (à droite) enlèvent couche par couche le cône d'avalanche entre le tunnel 3 et le tunnel 2. 

    Comme, aux alentours du tunnel 2, le cours de la Furkareuss est enseveli sous plusieurs mètres de neige d'avalanche, Stephan Stauber contourne l'affleurement rocheux du tunnel 2 et commence la déblaiement du portail amont du tunnel 2. Derrière la fraiseuse INTRAC suit le trax qui doit dégager le portail aval du tunnel 1 de la glace qui l'encombre. 

    Vue du point culminant du cône d'avalanche entre le tunnel 2 et le tunnel 1 en direction du portail amont du tunnel 2.  

    Le bord de la voûte du portail amont du tunnel 2 est enseveli sous 2 m. de neige d'avalanche. Michael Bühler et Fred Schönthal creusent un passage étroit dans le tunnel 2. 

    Stephan Stauber fraise couche par couche le large cône d'avalanche haut de plus de 16 m. près du portail amont du tunnel 2. 

    Vue depuis le portail amont du tunnel 2. 

    Avec la pelle du trax, Fabian Strebel tire lentement le trax depuis le fond de la vallée sur le cône d'avalanche haut de 16 m. entre le tunnel 2 et le tunnel 1. Sous l'effet du soleil, les couches supérieures du cône d'avalanche fondent. Le déplacement devient glissant, ce qui demande beaucoup de doigté et d'expérience de la part du conducteur du trax. 

    Alexander Briner et Fabian Strebel sont arrivés avec le trax jusqu'au portail aval du tunnel 1 et commendent à évacuer la glace aux alentours du portail. 

    L'unité de fraisage de la HGm 51 se bat avec l'ancienne neige gelée à la base du cône d'avalanche entre le tunnel 3 et le tunnel 2. 

    Grâce à l'étroit passage creusé près du portail amont du tunnel 2, les déblayeurs sont épargnés et ne doivent pas parcourir le chemin difficile en enfonçant jusqu'aux genoux dans la neige fondante de l'affleurement rocheux du tunnel 2. 

    Les piliers aval du pont sont libres de neige et de glace. Avec la fraiseuse YANMAR, Marcel Gwerder a déblayé la voie aux alentours de l'abri des poulies du pont du Steffenbach. La fraiseuse se trouve maintenant sur le chemin (en haut à droite en dehors de la photographie) qui conduit au ravin du Steffenbach  

  • État des travaux le 14.5.2019

    • Tronçon Realp jusqu'au et y compris le tunnel 2 déblayé.
    • Contournement de l'affleurement rocheux du tunnel 2 avec la fraiseuse INTRAC 1 et le trax en passant sur le gros cône d'avalanche qui recouvre avec plusieurs mètres de hauteur le cours de la Furkareuss à cet endroit. 
    • Portails amont du tunnel 2 et aval du tunnel 1 en partie dégagés. Le bord de la voûte amont du tunnel 2 est recouvert de 2 m. de neige. 
    • Début du déblaiement du large cône d'avalanche haut de plus de 16 m. entre le tunnel 2 et le tunnel 1. 
    • Creusement d'un canal dans la neige d'avalanche dure dans le ravin du Steffenbach. Beaucoup de glace notamment autour des piliers porteurs de l'élément aval. 
    • Transfert de la fraiseuse YANMAR via la route du Col de la Furka-Rufikehr-prise d'eau et trassé de la voie jusqu'à l'abri des poulies du pont du Steffenbach.
    • Déblaiement de la voie et des places de travail autour de l'abri des poulies au moyen de la fraiseuse  YANMAR. À certains endroits, il y a encore jusqu'à 1 m. de neige.

13.5.2019: Jour 1: Déblaiement du km 57.1 au tunnel 3, Déblaiement du ravin du Steffenbach

  • Départ à 06.30h. pour les places de travail aux tunnels 3 et 2.

    en route pour le km 57.1.

    La HGm 51 vient de transporter le trax au km 57.1 avec le wagon surbaissé. 

    Beat Brehm, Claude Périat et Christoph Spinnler démontent les barres de fixation de la porte aval du tunnel 2. 

  • État des travaux le 13.5.2019

    • Tronçon de Realp au tunnel 3 y compris déblayé.
    • Portes du tunnel 2 ouvertes.
    • Glace dans les tunnels 3 et 2 déblayée.
    • D'une manière générale, neige tendre en surface. En-dessous ancienne neige dure, en partie gelée. 
    • Blocs de neige d'avalanche durs. Dimensions des coulées d'avalanches comparables aux avalanches du 24.4.2019 à Realp.
    • La Furkareuss est entièrement recouverte de neige d'avalanche entre le ravin du Steffenbach et le tunnel 3. Les avalanches sont en partie remontées sur le versant opposé de la vallée de la Furkareuss.
    • Hauteurs de la neige sur la voie entre la prise d'eau de Tiefenbach et le ravin du Steffenbach: jusqu'à 1,8 m. dans les endroits exposés. 
    • Dans les endroits exposés, la voie aux alentours du pont du Steffenbach est recouverte d'1 m. de neige. 
    • Ravin du Steffenbach rempli avec „peu“ de neige d'avalanche, mais dure. 
    • Tunnel 1 côté montagne complètement recouvert de blocs de neige d'avalanche gelée. 
    • Tunnel 1 côté vallée partiellement rempli jusqu'à la moitié de neige d'avalanche non gelée. En raison des pentes très raides et du gros danger de glissades, le travail manuel est ici trop dangereux. 
    • Entre le tunnel 1 et le tunnel 2, il y a environ la même quantité de neige d'avalanche que l'année passée. L'avalanche a complètement recouvert le portail amont du tunnel 2. 
    • Démarreur de l'INTRAC 1 défectueux. Par chance, il a pu être réparé entre temps. 
    • Pas de courant dans l'abri des poulies. Motif: en accord avec l'usine électrique de Göschenen, les Forces électriques du Canton d'Uri ont déclenché l'alimentation en énergie. Après intervention de  Manfred Willi, le courant devrait être rétabli dès vendredi 17.5.2019.

    Par rapport à d'autres années, il y a encore beaucoup de glace qui est recouverte d'une fine couche de neige fraîche. Les avalanches de neige mouillées sont énormes. 

12.5.2019: Jour 0 - Déblaiement Realp-km 57.1

  • Entre 09.00h et 11.30h, Patrick Smit (mécanicien de la locomotive), Stephan Stauber (machiniste de la fraiseuse), Michael Bühler (déblayeur) et Werner Dietrich (déblayeur) libèrent le tronçon entre le Wilerbrücke et le km 57.1 (distance: 600 m). La neige est mouillée et lourde. La hauteur de la neige sur la voie atteint au maximum 1.8 m. Grâce à ce travail préparatoire, on gagne env. une demi-journée. Avec la locomotive diesel HGm 51 et le wagon surbaissé, les fraiseuses INTRAC, le trax et tous les déblayeurs pourront être transportés directement jusqu'au km 57.1 le lendemain dès la prise du travail à 06.30h. 

    Pendant que Michael Bühler nettoie la cheminée bouchée de l'unité de fraisage, Werner Dietrich et Stephan Stauber enlèvent la neige jusqu'à la hauteur de l'unité de fraisage de la locomotive diesel HGm 51. 

    Michael Bühler et Stephan Stauber montent sur le cône d'avalanche près du portail aval du tunnel 3. Une partie de la voûte dans le tunnel 3 est glacée. On reconnait au premier plan la tranchée creusée par l'unité de fraisage de la locomotive diesel HGm 51. À cet endroit, la Furkareuss, sur le bord droit de la photographie, est recouverte de neige d'avalanche. 

11.5.2019: Reconnaissance du tronçon Oberwald-Muttbach Belvédère

  • Vue en direction du tunnel hélicoïdal La voie est comme avant recouverte par des mètres de neige. 

    Le fait que la voie est recouverte de 3 m. de neige entre le tunnel hélicoïdal et le km 44 nous cause des maux de tête.  Avant de pouvoir utiliser la HGm 51 et son unité de fraisage, il faudra peller la neige jusqu'à une hauteur de 1,5 m env. 

    Vue depuis l'épingle à cheveux de la route cantonale sur le portail amont du tunnel hélicoïdal dans la gorge du Rhône. Sur le flanc est de la gorge, de nombreuses avalanches et coulées de neige sont descendues. 

    Le portail amont du tunnel hélicoïdal.

    La voie (à gauche) et la route cantonale (à droite) peu avant le passage à niveau Rotten. La hauteur de la neige atteint au maximum 2 m.

    Martin Fischer creuse des marches dans la neige devant l'entrée de la remise de Gletsch. 

    La porte de la remise de Gletsch.

    Une grosse coulée de neige a transporté des pins jusque sur les installations de la gare de Gletsch.

    Vue depuis la route cantonale en amont du passage à niveau de la Maison Bleue sur les installations de la gare de Gletsch. 

    Le pylone de la ligne de contact en amont de Gletsch. La voie est parsemée de coulées de neige et de cônes d'avalanches.

    Martin Fischer et Patrick Smit en aval du pont provisoire.

    Patrick Smit, Werner Dietrich et Martin Fischer aux alentours du drame de l'avalanche de mai 1968.

    Patrick Smit se fraye un passage dans la neige difficile. Comme la neige a tendance à glisser, chaque pas doit être fait avec prudence. 

    Les champs de neige raides et très glissants dans la région du pont provisoire rendent la progression très astreignante et dangereuse.  

    Patrick Smit observe la zone de décrochement de l'avalanche qui est descendue dans la région du passage à niveau de la route de la Furka. À part la pointe d'une perche à neige, on ne voit rien du passage à niveau enfoui sous la neige.  

    Les nombreuses grosses avalanches qui sont descendues sur la route d'accès à la station Muttbach-Belvédère ne présagent rien de bon pour le déblaiement des installations. 

    À notre grand soulagement, nous constatons que le portail du tunnel de faîte et toutes les perches à neige de la station Muttbach-Belvédère sont très bien visibles. 

    Martin Fischer et Patrick Smit sont soulagés de constater que la situation à la station Muttbach-Belvédère n'est pas si dramatique qu'ils se l'étaient imaginée une demie heure auparavant. 

    Werner Dietrich et Martin Fischer "sont" au point d'arrêt de la station Muttbach-Belvédère. La hauteur de la neige atteint 4 m. au maximum. 

    Le cône d'avalanche près du passage à niveau de la route de la Furka est parcouru par de nombreuses fentes qui sont recouvertes de neige fraîche. Nous avançons avec difficulté.  

    Peu avant midi, nous prenons le difficile chemin du retour. La haute température et les quelques rayons de soleil ont complètement ramolli la couche de neige supérieure. Il s'en suit que chaque pas fait dans ces conditions difficiles devient un exercice d'équilibre. À partir de Gletsch, il commence à pleuvoir. En conséquence, nous rentrons de cette reconnaissance complètement trempés et frigorifiés. 

4.5.2019: Reconnaissance du tronçon Realp-Tiefenbach

  • Sur la route du Col de la Furka jusqu'au Rufikehr, il y a encore par endroit 1 m. de neige. Pour l'instant, le service des ponts et chaussées du Canton d'Uri déblaye la route du Col du Gothard. Ensuite, le versant uranais de la route du Col de la Furka sera déblayé. Selon les informations reçues la semaine dernière, le service des ponts et chaussées du Canton du Valais a décidé de commencer le déblaiement de la route du Col du Grimsel et du Col de la Furka au plus tôt à la mi-mai.

    État de la voie en aval du tunnel 3. Le portail aval du tunnel est à peine recouvert. Les avalanches de fond "habituelles" sont descendues sur la voie. Une grosse avalanche de fond partie du Rufi a transporté beaucoup d'éboulis sur le versant nord de la vallée. Il est probable que le lit de la Furkareuss soit en partie enseveli, modifiant ainsi le cours de la rivière. 

    La situation au tunnel 3.

    Les pentes entre le tunnel 2 et le tunnel 3.

    Pour l'instant, le portail aval du tunnel 2 et le portail amont du tunnel 3 sont peu touchés. 

    Les pentes entre le tunnel 2 et le tunnel 1.

    Comme d'habitude, la voie entre le tunnel 2 et le tunnel 1 est recouverte à plusieurs endroits de neige d'avalanche d'une hauteur de plus d'un mètre.  

    Les pentes entre le tunnel 2 et le ravin du Steffenbach. Le portail amont du tunnel 2 est entièrement recouvert. 

    Situation au tunnel 1. Alors que l'on distingue le portail aval, le portail amont est complètement recouvert.  

    Les pentes entre le ravin du Steffenbach et le tunnel 2. À l'exception du gros champ de neige du  Chalberplanggen, les pentes sont pour la plupart dégagées.  Dans la région des arêtes, il y a des points de rupture qui devront être surveillés lors des travaux de déblaiement. Comme la masse de neige qui pourrait être entraînée par une avalanche est relativement faible et que les pentes situées en dessous sont dégagées, il ne faut pas s'attendre à de grosses avalanches. 

    Le gros cône d'avalanche en-dessus du tunnel 1. Le portail amont du tunnel 1 est complètement recouvert. 

    Le pont du Steffenbach.

    Le ravin du Steffenbach à la hauteur du pont. En raison de la quantité relativement faible de neige molle, la préparation du canal nécessaire à la mise en place du pont prendra env. 3 jours. 

    À l'exception de quelques endroits, la voie entre le pont du Steffenbach et la station Tiefenbach pourra être dégagée avec l'unité de fraisage de la HGm 51. 

    Oberwald, 5.5.2019 10.30h. Depuis hier soir, il neige sans interruption par des températures peu en-dessous de 0° C. De plus, une forte bise souffle.  

5.1.2019: Cours sur les avalanches à Realp

News

  • Bauwoche KW 43 ...
  • Nürnberg:Griechenland
  • furkaSTAMM
  • Werbestand BE
  • VFB-NWCH Mitgliedertreffen
  • Infostand Rh-M
  • Nürnberg:Bauwoche
  • Werbestand BE
  • Werbestand BE
  • Werbeauftritt ...
  • montrer tous...
Webcam

Archive

  • Bauwoche KW 43 ...
  • Besichtigung Rega
  • Pont de Steffenbach
  • Werbestand BE
  • montrer tous...